Partenaires




 


Partagez|

Hide and Seek [Pv. Alcide]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Dim 13 Oct - 20:57














 ❝ Ding Dong ❞
"Ouvre moi ta porte, je suis arrivé, il est inutile de te cacher..."






Dans le silence des nuits mortes à Dementia, le prédateur s'éveille, près à s'adonner à l'un de ses jeux favoris. Oh oui, cache-cache, jouons à cache-cache ! Mais pas avec un homme, pas cette fois. Pas une victime, juste une fillette. Une adorable petite poupée, plus adorable que lui, plus arrêtée que les attraction du parc sans vie. Sa chérie, son petit oiseau, son jouet de fortune, son Guide.. Sa Alcide. Son véritable nom n'est plus qu'un vague écho, une résonance sans fin dans son esprit vaporeux. Quelle importance, puisqu'il avait bien fini par l’entraîner dans les dentelles rosées de ce monde de tulle et de métal. La raison lui avait échappé avec les années, mais il l'avait désiré. Non pas comme on désire un corps, une personne, non pas comme l'on désire se nourrir, apaiser une fringale foudroyante , non... Pas comme ça. Il l'avait désiré comme l'on désire un jouet, comme pour assouvir une pulsion maternelle naissante avec un poupée de porcelaine. Il n'avait pas été doué pour tenir ce rôle, avait pourtant cru en être capable. Mais ce n'était qu'un jeu, un caprice de plus, n'est-ce pas... ? Pourtant il l'avait gardé, enfermée dans un écrin de tendresse corrosive, dans l'espoir de la voir un jour lui sourire à nouveau. Il avait l'éternité pour cela.

Silver n'était pas prêt de rendre son dernier soupire, ou tout du moins pas tant qu'il n'aurait pas réglé quelques comptes. Oh, trois fois rien... Des gens à retrouver, d'autre à faire disparaître de la surface des sept monde...  Mais tout ceci se ferait en temps utile. Pour l'heure, il était éreinté de sa balade sur les Terres d'HellishDale, les paupières papillonnant encore d'éclats colorés et de néons luisant dans l'obscurité. Voyager de la ville à son monde n'était pas de tout repos et il enviait les autres Architectes d'en être capable sans faire de réels efforts. Il restait le plus faible du lot, quoiqu'il puisse en dire et malgré le rang auquel il avait pu s'élever par chance à force de temps et d'espoir. Il lui arrivait parfois de désirait sombrer dans l'entre-monde, là où devait dormir Sieur Lapin. Oh comme il lui tardait de recroiser sa route ! Car Hellish tenait envers lui un rôle de protecteur, d'entité supérieur et rassurante. Inquiétant dîtes-vous... ? Mais comment pouvait-on craindre un lapin géant ? La noiraude ne comprenait pas le malaise d'autrui envers l'être hybride. Mais il n'était pas question du Lapin Blanc ce soir. C'était une distraction d'un tout autre ordre qui résonnait violemment dans ses entrailles. Ne pas dormir seul. Une petite présence réconfortante à ses côtés, pour une fois. Il n'en demandait pas tant et Alcide lui devait beaucoup. Elle devait être resté au Pink Palace cette nuit. La sirène ne lui avait accordé que deux jours de travail dans sa ruelle par semaine. Pas plus. Trop dangereux. Lorsque ces jours arrivaient, il allait jusqu'à refuser de la laisser attendre seule, sans la présence d'un des ses deux autres Guides. Une préférence pour Laury quand à la sécurité de sa fille. Contrairement à Extasy, il n'irait pas lui mettre de mauvaises idées dans le crâne...

Profitant donc de l'absence de ses deux autres subordonnés, l'être blafard fila dans sa propre chambre, montant les marches d'un pas las. Il commençait à fatigué. Enfin. Il avait peut-être pouvoir dormir cette nuit. Il ne lui fallut pas plus de quelques minutes pour se déshabiller, secouant ses cheveux coupés courts qui avaient depuis la mauvaise manie de repousser de tous côtés. Sa chemise de nuit enfilée, sa canine ivoire vint se lover contre sa lèvre inférieur dans une étreinte charnue et songeuse. « Range donc tes pattes sous une robe plus longue, Silver. » aurait très probablement braillé sans pudeur l'agaçant chien errant venant parfois se perdre dans son si calme chez-lui. Mais ce soir même les tourments de la voix égrillarde de Pan ne viendraient pas bourdonner à ses oreilles. Il avait une créature d'autant plus intéressante à débusquer. Sa fille chérie,  ayant sans-doute cru que se rendre invisible pendant plusieurs jours d'affilés serait fort amusant. Ahahaha. Ce n'était pas à la Démence que l'on allait donner le goût du jeu de mauvais goût. La disparition partielle de la gamine avait provoqué un pic de colère l'ayant poussé à quitter également leur domicile quelques jours durant. Le temps de calmer ses nerfs sur un ou deux badauds salaces de la ville à l'Absinthe. Et le sang avait éclaboussé ses joues, les organes coulés sur sa robe tandis que l'Automne avait de nouveau fait son entrer en ville. Il était d'autant plus mélancolique la nouvelle saison venu, fixant parfois les nuages pendant des heures de son regard ciel de sirop, niché dans le ventre creux et glacial d'un cadavre encore frais.

Mais Maman était rentrée ce soir, avait nettoyé son ventre sanguinolent, jeté ses vêtements souillés. Il avait avancé doucement jusqu'à la porte du petit univers de sa petite, reniflé sans grande peine son odeur dans la pièce. Il était plus que grand temps pour la gosse de comprendre que sa mère adoptive avait une humanité très amoindrie. Le voilà donc à jouer le jeu, comme un chat sadique traquant un rongeur déjà assuré de son sort. Oui, voilà tout, Alcide n'était qu'une petite souris entre ses griffes caressantes, trop pour ne pas être cruelles.

« Alcide... ? Où se cache donc ma petite fille... ? »

Sa voix aurait presque pu paraître douce si... Si elle n'avait pas eu ce timbre inquiétant, résonant d'une rhétorique malsaine et ridicule. S'il n'avait pas adoré cette petite de tout son cœur, la scène aurait pu avoir une dimension autrement plus horrible qu'elle ne l'était déjà. Ses mots semblaient flottant mais elles savaient toutes deux ce qu'ils sous-entendaient. « Je sais où tu te cache ma chérie, montre toi avant que je ne perdre réellement patience. » Il pris le temps d'ouvrir chaque tiroir, de regarder sous chaque meuble en tournant volontairement le dos au lit. Les proies acculées venaient toujours se nicher sous les lits, ou bien dans les placards. Ce dernier était ouvert, vide d'un quelconque croquemitaine autre que celui qui arpentait déjà la pièce d'un pas aérien sous les yeux de la jeune fille.

« Je vais te trouver ma chérie... »

Un bond souple sur le lit et voilà déjà l'asexué qui fouille le nez dans les draps défaits, juste au-dessus de sa souris. Mais il n'est pas dupe, ne l'a jamais été. Encore une fois, sa voix chantante qui s'abat dans le silence comme on brise une vitre sacrée sans remord.

« Elle n'est pas dans le lit.. Mais où se cache t-elle... ? Oh mais laisser moi deviner... Je crois avoir trouvé, elle se cache JUSTE LA !! »

Sa main avait empoigné la cheville de la gamine piégée comme il aurait saisi la gorge d'une réelle proie. Soulevant l'enfant la tête à l'envers à sa hauteur, il se fendit d'un léger rire sinistre et joueur, se décidant finalement à la reposer dans une position plus vivable, refermant ses bras comme un piège à loup sur les épaules de la demoiselle.

« Ma chérie, je t'ai déjà dis que les cache-cache entre nous étaient faussés à cause de mon odorat, non... ? »


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH


_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 


Dernière édition par Silver SilentCry le Ven 10 Jan - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Let's stroll in the woods, while the wolf is not here ♪
Féminin Messages : 13

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: ma petite poupette d'amour ♥ (dixit son Architecte =w=)
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide de Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Mar 22 Oct - 22:09

Alcide était fatiguée. C’était bien ce qu’elle réussissait à ressentir le mieux depuis qu’elle était ici. C’était sans doute une mauvaise idée qu’elle avait eu là, se rendre invisible pendant plusieurs jours d’affilés. D’une part parce qu’ensuite la fatigue la gagnait et d’une autre part parce qu’elle savait très bien que cela n’allait pas laisser indifférente Silver. Sa nouvelle mère. Quoi que nouvelle n’est plus le terme adéquate, cela faisait combien de temps qu’elle était ici ? Avait-elle déjà eu une autre vie auparavant ? Elle avait du mal à se souvenir. Alors elle allait souvent se cacher dans un coin du parc  d’attraction, se rendant invisible parfois, pour réfléchir et essayer de se souvenir. Mais tout était flou, ses pensées étaient troubles, elle ne se souvenait vraiment pas. Ce n’était pas faute d’avoir essayé il y a quelques jours, mais cela n’avait rien donné. À part une maman qui était sans doute très en colère de sa disparition soudaine. Oh, elle n’avait pas envie de l’affronter quand elle reviendrait. Car oui, elle était partie et la petite appréhendait désormais son retour. La fillette était retournée au Pink Palace, dans sa chambre toute rose, un univers bien à elle, mais surtout en partie décoré par sa mère. Cela ne dérangeait pas plus que ça Alcide, de toute manière, elle ne sait pas elle-même si elle aime ou pas cette couleur, pour l’instant, elle trouve ça rassurant. C’était son endroit à elle, bien qu’il puisse être investie par d’autres personnes, comme les autres Guides ou juste son Architecte, elle aimait bien cette endroit. Enfin c’est ce qu’elle pense. La jeune fille alla s’allonger sur son lit, se roulant en boule en serrant doucement son ours en peluche contre elle. Dès que Silver serait présent entre ces murs, elle le saurait. Elle le sentirait au plus profond d’elle-même, elle le savait.

Elle n’avait pas bougé d’un centimètre avant qu’elle n’entende la porte d’entrée s’ouvrir et se refermer un peu abruptement. Immédiatement, elle fila se cacher sous son lit, comme une petite sourie effrayée. Elle ne voulait pas affronter sa maman. Elle savait qu’elle serait encore un peu en colère, ou déçue. Elle ne voulait pas qu’elle soit triste, elle ne voulait pas la voir pleurer car au fond d’elle, elle ressentait ensuite le besoin de la réconforter et cela lui rappelait de mauvais souvenirs, mais elle ne savait plus très bien lesquels. Se recroquevillant un peu mieux sous le lit, elle posa sa tête contre le plancher comme si elle allait se mettre à dormir à même le sol et serra de nouveau son ours contre elle. Quelques minutes étaient passées avant qu’elle n’entende des bruits de pas se rapprochant. Ne bougeant pas d’un centimètre, c’est qu’elle commençait à être douée à cache-cache, sauf quand elle jouait avec sa mère. Elle savait déjà qu’elle serait sortie de sa cachette, mais ce n’est pas pour autant qu’elle bougea. Pourtant elle devrait, la voix de sa mère la fit sortir de sa torpeur, mais ne lui fit pas ressentir pour autant un quelconque frisson, elle était continuellement dans un profond malaise. La fillette observa Silver aller et venir dans sa chambre, ne voyant que ses pieds passer devant son lit alors qu’elle fouillait chaque recoins de sa chambre. Une partie de cache-cache, cela pourrait paraître si innocent. Ou pas.

Elle raffermit sa prise sur son ours en peluche quand elle vit que son lit était la nouvelle cible de recherches. Alcide écouta silencieusement chaque mot de sa mère, elle savait que sa patience ne serait plus aussi longue. Et sans l’avoir sentie venir, elle sentie une prise sur sa cheville et se retrouva la tête à l’envers, dans les airs, face au regard amusé et sombre de son Architecte. Elle n’avait pas crié, elle n’était jamais envahie par les émotions, mais elle se contenta de retenir son ours en peluche pour qu’il ne tombe pas, restant muette. Même ses yeux étaient vides. Elle secoua un peu la tête, la position dans laquelle elle était n’était pas confortable et fut reposée assez rapidement, debout, maintenue par les épaules. Elle baissa la tête, vide d’expression et écouta Silver avant que sa tête ne vienne hocher positivement, confirmant ses dires. Elle tâcha quand même de relever la tête, plongeant son regard dans celui de sa mère. Tenant son ours d’un seul bras contre elle, elle vient lever l’autre, déposant sa main contre la joue de Silver doucement, avant de passer ses doigts près de son cou, comme si elle essuyait quelque chose. Elle lui montra ensuite sa main, de légères traces rougeâtres ornaient ses doigts. Elle ouvrit la bouche plusieurs fois sans qu’aucun son n’en sorte pour autant, avant finalement, de réussir à aligner quelques mots de sa petite voix fluette.

« Maman s’est blessée ? »

Elle avait pris l’habitude de l’appeler maman, car de ses souvenirs, elle savait que Silver était triste quand elle ne le faisait pas. Ou alors cela la mettait en colère. Oh oui, elle se souvenait maintenant d’une colère terrible qu’avait eue sa mère. Elle se souvenait l’avoir consolé après coup. La petite resta muette de nouveau, le plus surprenant c’était de l’entendre parler, car c’est qu’on oublierait presque qu’elle possède encore une voix en état de marche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Dim 3 Nov - 20:51














 ❝ Deceived me ❞
"You deceive me..."






Fatigué... Oui, Maman était fatiguée. Fatiguée de paraître, fatiguée de simuler, fatiguée d'être, tout simplement. Il n'avait pourtant pas fait usage de son pouvoir récemment, n'ayant rien déclenché de si puissant au point de l'épuiser de la sorte. Il était simplement fatigué de se lever le matin - ou la nuit – de se hisser sur ses jambes maigres, de faire rouler ses muscles fragiles. Fragile... Fragile comme ce petit être dans ses bras, cette petite créature au sang pulsant dans ses veines, à la chaleur bien affirmée. Oh comme il aimait cette chaleur... Alcide était bien la seule à lui en offrir sans rechigner. Si seulement elle avait suffit à son bonheur... Il aurait pu être si bien, ici, avec sa chérie comme seule amour. Mais non, l'Adulte en lui hurlait, voulait grandir ! Qu'il aille au Diable ! Alors il ignorait ces pulsions outrageuses, se rabattait sur cette pauvre enfant arrachée à sa Terre. A bien observer Silver, il ne semblait pas comprendre.... Incapable de réaliser que cet être entre ses bras grêles était aussi vivant que lui, si ce n'était plus. Elle pensait, réfléchissait, avait un raisonnement comme n'importe qui d'autre doué d'un quelconque sens de réflexion même minime. Comment la traitait-il... ? Comme une petite poupée, une peluche tout au plus.

Il en avait assez de jouer au loup pour le moment. Le mauvais rôle lui allait bien un temps mais il n'était pas le réel méchant de l'histoire. La faute à qui alors... ? A tant de monde... De tristes coïncidences enchevêtrées tel les maillons d'une chaîne l'ayant conduit sur cette route sinueuse ayant fait de lui ce qu'il était devenu. Alcide devait bien s'y faire. Elle n'était pas à proprement parler chez elle. Elle était chez l'Architecte. Celui auquel elle avait voué sa vie volontairement... Car cela avait été volontaire n'est-ce pas... ? Oui... Dans ses souvenirs faussées, l'idée était là, bien encrée. Il n'avait pas forcé la main de sa fille adorée, non... Il n'avait fait que... Faire le ménage. A sa manière il entendait. Car il était comme un enfant contrarié, près à effacer la moindre erreur se posant sur son chemin. Décidément non, Silver n'était pas du tout la Mère idéale pour une jeune fille de seize ans. Alcide avait seize ans oui, malgré l'enfance incarnée qui émanait d'elle comme d'une sainteté absolue. Elle était sa Déesse, oui. A lui, son adorée envers et contre tout. Autant que l'était l'Oublié qui se rappelait parfois à lui dans un rêve fugace et brûlant de réminiscences. Il aurait voulu en faire tellement plus, tellement plus souvent...

Petite main posée sur son épaule, sa nuque... Des petits doigts qui lui auraient semblé si glaciale, si seulement il avait pu ne serait-ce que sentir la température. Triste existence... Il ouvrit cependant deux grandes améthystes à l'évocation et à la vision de la trace rougeâtre sur l'épiderme si pâle de sa petite princesse. L'espace d'un instant, son instinct fut si violent qu'il lui dicta de se jeter sur cette man provocatrice pour en arracher les doigts. Ses pulsions maternelles furent les plus violentes et lui ordonnèrent d'empoigner la si petite main pour la frotter nerveusement, presque douloureusement. Du sang, là, sur sa petite divinité. Non... C'était répugnant. Alcide était trop pure, trop innocente pour connaître l'horreur de cette couleur insistante, écarlate.

« Non, non c'est vraiment sale ! Donne ta main je vais nettoyer ça ! »

Frotter, frotter, jusqu'à ce que la peau rougisse d'elle-même, jusqu'à ce que la tâche soit réduite à néant. Son regard semblait sur le point d’éclore en une fleur de fureur, mais retrouva son calme plat lorsqu'il se posa sur la petite aux effets si... Apaisants.

« Oui, Maman s'est blessée mais c'est juste une égratignure... » Il posa sur elle un regard se voulant caressant, lâchant finalement sa main et y donnant une légère tape. « Mais ne détourne pas la conversation, Alcide... Tu sais que tu m'as inquiété en disparaissant comme ça... ? »

Il avait froncé les sourcils avec une expression digne d'une mère, pour une fois. Quelle conversation ? Rien n'avait été entamé, mais laissez le divaguer. Il était encore le maître des lieux après-tout, aucune raison de venir le contredire. Comme il était bon ici bas d'avoir les pleins pouvoir sur tout y compris sur l'esprit logique... Dementia avait cette capacité impromptue de changer du tout au tout selon son propriétaire mais n'en avait pour ainsi dire jamais changé depuis sa création. Fort heureusement. Ce n'était pas près d'arriver. La teigne défendait bec et ongle son territoire durement acquis et personne n'avait réellement envie de venir s'emparer d'un tel désastre d'illogisme ambulant. Il aurait été plus judicieux en effet de faire main basse sur Inferna ou Infinity, par exemple, mais laissons là les débâcles d'Architecte. Au moins pour ce soir. Seule comptait Alcide, bien malgré elle. Pauvre enfant.


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH


_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 


Dernière édition par Silver SilentCry le Ven 10 Jan - 1:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Let's stroll in the woods, while the wolf is not here ♪
Féminin Messages : 13

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: ma petite poupette d'amour ♥ (dixit son Architecte =w=)
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide de Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Dim 8 Déc - 5:01

A peine avait-elle entendue la porte d’entrée claquer, la petite Alcide s’était déjà roulée en boule, cachée sous son lit. Ce n’était pas la meilleure cachette en soit, mais la première qu’elle avait trouvé. Allongée sur le plancher, elle aurait presque pu dormir à même le sol, son ours en peluche dans les bras. Elle savait déjà que cette partie de cache-cache allait vite se terminer, la patience de sa mère était plutôt limitée, mais sa réaction ne l’angoissait pas. Même en sachant qu’elle l’avait sans doute inquiétée fortement par sa disparition soudaine pendant quelques heures et ensuite par ce petit jeu qui ne durerait pas bien longtemps. D’ailleurs la jeune fille se fit attraper la cheville, se retrouvant la tête en bas. Tenant sa peluche contre elle pour qu’il ne tombe pas, ses yeux vides d’émotions rencontrèrent ceux de sa mère qui se décida à la remettre à l’endroit, afin que le sang ne lui descende pas trop à la tête. Elle ne savait pas si Silver serait capable de la blesser, intentionnellement ou volontairement d’ailleurs. Elle ne s’était jamais posé la question et la réponse la laissait indifférente pour le moment. Alcide baissa les yeux, gardant son nounours contre elle, comme une barrière de protection entre elle et sa mère. Elle n’avait que de vagues souvenirs désormais, mais elle avait bien l’impression qu’elle devait se protéger, malgré tout l’amour que lui portait sa mère, un amour envahissant qui laissait tout aussi indifférente Alcide que l’évocation de sa mort qui pourrait être provoquée par la main de sa mère.

Ne répondant pas à ses paroles, elle leva juste les yeux vers elle et tendit doucement sa main jusqu’au cou de sa mère, touchant une tâche rouge qu’elle avait aperçue avant de lui montrer, lui demandant si elle s’était blessée. Elle fit un pas avant alors que sa mère venait de lui attraper la main pour commencer à frotter la tâche nerveusement, furieusement presque. Elle la laissa faire en l’observant avec toujours ce regard profondément vide. Au moins Silver ne pouvait pas se sentir jugée en présence d’Alcide. Elle l’observa frotter encore et encore sa peau, commençant à sentir une légère douleur à ce niveau, comme une brûlure. Elle voulut reculer un peu, mais sa main resta prisonnière dans celles de sa mère. Elle retient un gémissant, mais ses lèvres se tordirent légèrement. Sa mère commençait à lui faire mal. Sa folie passée, elle cessa de frotter et Alcide observa sa main rougie sans rien dire. La petite leva les yeux vers sa vis-à-vis et croisa son regard. Elle ne répondit pas et reprit sa main tout en se détournant légèrement, elle posa les yeux sur la commode près du lit. Elle l’écoutait, toujours, mais elle ne répondait pas, presque jamais. Parce qu’il lui arrivait de parler. Quelques fois. Très peu, mais cela lui arrivait.

Elle savait que Silver ne la lâcherait pas si elle ne répondait pas. Elle n’arrivait pas à se décider si c’était bien ou non, si c’était ce qu’elle voulait ou non. Sans la regarder, elle ouvrit légèrement ses lèvres, laissant sortir quelques mots. « Désolée … Maman… Où sont Laury et Extasy ? » Elle se souvenait plutôt bien d’eux, elle savait qu’eux aussi habitaient aussi, normalement. Peu de personnes restaient bien longtemps sous le même toit que Silver. La petite, sans prendre la peine de regarder sa mère, fit quelques pas et alla jusqu’à la grande fenêtre, entourée de rideaux tout aussi roses que sa chambre entière. Sa tête s’inclina légèrement sur le côté alors qu’elle regardait l’extérieur. Elle voulait retourner au parc d’attraction. Elle voulait quitter vite sa chambre et cette maison, sans trop savoir réellement pourquoi. « Je veux aller au parc d’attraction …. » Elle tourna la tête vers sa mère. Le prendrait-elle comme un abandon. Oh, elle ne voulait pas que sa mère pleure ou pire. Alcide savait qu’elle voudrait la consoler si jamais, elle ne voulait pas voir sa mère pleurer ou s’énerver. Mais elle avait l’impression que certaines choses qu’elle disait ne plaisait pas, mais alors pas du tout à sa mère. Elle se retourna vers sa fenêtre avant de poser sa main sur la vitre froide où de la buée était apparue. Elle bougea légèrement sa main, faisant disparaître la buée de l’un des carreaux avant de recommencer sur le carreau d’à côté. Elle continua ensuite sans rien dire, comme un travail à la chaine, effaçant la buée des carreaux sans but à atteindre. Elle leva la tête et savait d’avance qu’elle ne pourrait pas atteindre ceux du haut. Elle se stoppa à cette pensée et resta immobile devant la fenêtre. Soudainement, un éclat de souvenir. « Maman … Pourquoi je ne vais plus à l’école … j’y allais avant, non ? » Éclat qui disparut à l’instant où ces derniers mots furent prononcés. De nouveau son regard se fit vide. Silver allait avoir du mal à obtenir de nouvelles paroles de sa petite fille qui avait bien trop parlé en si peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Sam 4 Jan - 21:03














 ❝ She Call You Her Daughter ❞
" For a reason "






A peine Silver posait-il la main sur la demoiselle que, déjà, cette dernière gémissait, rejetait de toute sa faible force ce que la créature avait à lui offrir, comme elle l'avait toujours fait. Depuis la première question, le premier élèvement de voix, Alcide n'avait jamais cessé de tenter de le fuir du regard. N'est-elle donc pas indigne, cette enfant à la mère pourtant si aimante, si étouffante, si monstrueuse... ? La sirène frottait, nerveusement, la trace irrespectueuse venu se loger sur la peau de sa si jolie fille, au point de lui faire rougir l'épiderme, qu'importe la douleur pourvu que le résultat soit présent. A chacun sa propre logique, Silver n'était pas le meilleur exemple à citer dans ce domaine. De toute façon, Alcide n'écoutait pas, elle n'était pas là, comme si sa présence dans la cambre n'avait été qu'éphémère. Le corps bien concret, mais l'esprit ailleurs. La Démence soupira de lassitude. Elle était si peu éveillée, cette petite. Qu'avait-il donc bien pu rater dans son éducation ? Désolée. Elle était désolée. S'excuser ne suffisait plus, les actes étaient également à assumer. Ta Mère s'est t-elle excusé pour avoir fait l'erreur de s’offrir à un Roi fou en échange d'un secret, ta Mère s'est-elle excusé d'avoir disparu de la vie du seul homme qu'elle supporte... ? Non, non. Les excuses ne suffisent pas Alcide, tu dois grand... Non. Grandir est pire que tout. Qu'elle reste une enfant après tout. C'est encore la seule chose qu'il lui restait à lui offrir, à cette enfant qui ne réclame jamais rien de plus que le silence.

Laury et Extasy. Hum.. Dans les ruelles d'HellishDale, à supporter le froid pour rapporter leurs Essences quotidiennes. Une part de lui jugea sage l'espace d'un instant d'aller s'assurer de leur bien être quelques minutes, juste le temps d'un bref passage de portails, mais fut bien vite mise de côté par la voix grinçante qui lui ordonna de rester ici en compagnie de sa fille. Les deux autres étaient parfaitement capables de se débrouiller seuls. N'étaient-ils pas adultes... Sa lèvres coquelicots fanés se redressa à peine à cette évocation. Il a bon dos l'âge adulte. Bon prétexte pour vous courber l’échine sous des responsabilité que vous n'avez pas demandé. Il laissa la demoiselle de cire se lever, tituber vers sa fenêtre. Oui, la pièce était rose, comme la chambre d'une petite fille. Après-tout, on nommait cette endroit le Pink Palace. De son regard vide elle observait la grande roue arrêter, sculpture de ferraille morbide qu'on aurait laissé pourrir là à telle point que les occupants de ce monde morts avaient presque fini par l'oublier. Elle ne fonctionnait pas, n'était pas complète. Tout comme son Architecte. Il avait la capacité de créer un monde, peinait à le mettre en marche. On ne peut pas tout avoir. Qu'on le moque, qu'on le dénigre, mais il portait fièrement le titre d'Architecte et avec bien plus de valeurs que les autres. Qui des cinq pouvait se targuer d'avoir créer son monde de toute pièce de son propre imaginaire, de posséder avec sa possession un lien si tenu... ? Certains retrouvaient cette sensation avec leurs Guides, la sirène avec son chez lui. Cette fresque dégoulinante d'Innocence parodiée, comme pouvait l'être Alcide qui, à seize ans, s'était réfugiée derrière le comportement d'une toute jeune fille. Qu'avait-il donc ratée chez elle...

Elle agissait comme une machine, un petit robot mécanique qu'on avait programmé à l'avance. Si La Démence semblait s'en contenter la plupart du temps, cette personnalité si... Vide, envers lui, l'attristait au plus au point. Ne l'avait-il pourtant pas aimé de tout son cœur... ? Il avait essayé, malgré son cruel manque de fibre maternel. Il l'avait aimé, oui. Peut-être trop fort. Puis ce fut la question. Celle qui fit soudainement se redresser les oreilles en lame de poignard, écarquiller le coucher de soleil mauve, entrouvrir les écarlates sanglantes. Qu'à t-elle encore inventée...

« Parce que c'est dangereux. Comme dans les rues d'HellishDale. Et parce que si tu y allais, on comprendrait notre secret. Tu sais, je t'en ai déjà parlé non. Les cinq autres, les autres personnes comme toi, le Lapin Blanc... »

Il ne se mettrait pas en colère, il ne devait pas. Pas ce soir alors qu'il était déjà presque à bout. Une main passée sur le visage, La Démence soupire à nouveau, se levant d'un bond pour aller fouiller dans la penderie fournie, en dégotant un manteau qu'elle passa autour des bras d'Alcide sans un mot. Comme elle semblait alors stupide, cette attitude, puisque la température n'avait pas lieu d'être à Dementia. Un coup de main rapide dans les cheveux châtain, espérant voir disparaître ce regard trop mort.


« On va aller au parc d'attraction, viens. »



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH



_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 


Dernière édition par Silver SilentCry le Lun 28 Avr - 21:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Let's stroll in the woods, while the wolf is not here ♪
Féminin Messages : 13

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: ma petite poupette d'amour ♥ (dixit son Architecte =w=)
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide de Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Sam 15 Mar - 19:14

La petite garda contre elle sa main rougie par le frottement incessant qu'avait entreprit sa mère pour faire disparaître cette tache rouge, contrastant avec la pâleur de sa peau. C'est qu'elle ne sortait pas beaucoup et quand bien même, ce n'était pas avec le ciel aux couleurs rosé-mauve de Dementia qu'elle allait voir sa peau brunir légèrement. S'écartant de sa mère, elle se faufila jusqu'à aux grandes fenêtres de sa chambre, posant son regard sur les carreaux emplis de buée. Elle pourrait faire de jolies dessins, mais elle se contenta de passer sa main sur chacun des carreaux pour évacuer cette buée. Une légère froideur gagna sa main qui s'acharnait sur ces carreaux. Ce n'était pas compulsif, ça passait juste le temps. La jeune fille, bien qu'ayant demandé où se trouvait Laury et Extasy, n'eut aucune réponse, peut-être irait-elle à leur recherche … un jour. Sa mère ne serait pas contente si elle le faisait, elle pouvait déjà le prévoir. Peut-être ne le ferait-elle pas alors, elle ne voulait pas voir Silver s'énerver, pleurer ou briser des objets sous la colère. Elle ne voulait pas la voir aller mal, elle ne savait pas pourquoi, c'était comme ça. Sans doute parce qu'une enfant ne voulait pas voir sa mère triste, mais Alcide en avait aussi de mauvais souvenirs de la dernière fois où Silver avait été prise d'une crise de colère. Alors elle obéissait. Oui, elle allait obéir, ne rien dire et rester là, auprès d'elle. Muette comme une tombe.

Et pourtant elle se demandait encore pourquoi elle ne pouvait pas fouler le sol de la Terre, retourner à l'école, quelques souvenirs étaient encore bel et bien présent, une salle de classe, une cours de récréation, des camardes de classe. Tout ça, elle s'en souvenait. Son regard dériva sur la grande roue du parc d'attraction, si grande, si coloré et si délabré. Quelle dommage qu'elle ne marche pas, elle aurait voulu aller tout en haut de cette roue, car tout en haut, si haut, si près du ciel, c'est sans doute un sentiment de liberté que l'on doit ressentir, comme si le monde d'en bas ne pouvait plus nous atteindre. Pour vouloir s'enfuir ? Elle ne comprenait pas non plus, mais de temps à autre, ses pensées dérivaient vers cette idée, cette envie. Serrant sa peluche contre elle, elle écouta d'une oreille ou presque sa mère qui s'évertuait à lui faire comprendre que la Terre, ses rues et particulièrement HellishDale n'était pas fait pour une jeune fille comme elle, bien trop de danger, bien trop … de liberté non ? Qu'avait-elle avait la liberté aujourd'hui ? Elle secoua doucement la tête, comme pour évacuer toutes ces pensées et se reprit à penser au parc d'attraction, aux peluches des stands, aux manèges, plus rien d'autre n'avait d'importance désormais.

Elle ne se souvenait même plus de ce que sa mère venait de lui dire à l'instant. Oh si, un seul détail : un lapin blanc. Oh qu'elle aimerait avoir un joli lapin. Il ferait une si bonne compagnie pour son ours en peluche, ils pourront s'amuser tous ensemble et elle pourrait se balader avec lui au parc d'attraction.

« Je voudrais un lapin blanc, un joli petit lapin blanc … Joli, joli petit lapin si doux, avec qui je pourrais jouer.Tu aimes les lapins … maman ? »

La petite se retrouva finalement enveloppée dans un manteau si doux, si chaud. C'était réconfortant. N'était-ce pas les bras d'une mère qui devaient l'être habituellement ? Qu'importe. Bien plus intéressant encore, elle allait aller au parc d'attraction. Sa mère l'y emmenait. Pourront-elles y rester jusqu'à la nuit ? Aller dans les manèges et ramener des peluches ? Qu'elles soient décrépis et à moitié dépecés ne la dérangeait pas, les peluches étaient toutes si douces, si belles. Elle laissa sa mère passer ses mains dans ses cheveux sans rien dire et garda son ours en peluche contre elle. L'idée d'aller au parc la réveilla et son regard se fit légèrement moins vide. Sans attendre sa mère, la petite sortie de sa chambre, comme une somnambule, sans même avoir besoin de réfléchir à son chemin. Descendant les marches de l'escalier une à une, elle fit attention à ne pas faire tomber son ours et arriva en bas. Devait-elle attendre sa mère ? Mais elle savait où était le parc, elle n'avait pas besoin de son aide pour s'y rendre, non ? Elle marcha un peu jusqu'à la porte d'entrée, la poussant avant de se faufiler dehors.

Levant la tête pour regarder le ciel un moment, son regard se perdit parmi toutes les couleurs du ciel. Quelles belles couleurs. Alcide se mit à marcher, sans regarder devant elle et sans tourner la tête pour s'assurer que sa mère était bien là. Le parc d'attraction n'était pas loin du Pink Palace et même si physiquement cela ne se voyait pas, Alcide était presque enjouée de s'y rendre. Mais impossible de le voir, pas de sourire, ni même une esquisse de sourire ornait ses lèvres. Pourtant elle était contente d'atteindre enfin les grandes grilles qui renfermait le parc d'attraction de Dementia. Les poussant la petit fille commença à déambuler simplement dans les allées dépourvues de vies du parc. Elle leva la tête vers la grande roue.

« Je veux aller tout en haut … et voler … voler comme un oiseau... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Lun 28 Avr - 21:46














 ❝ Peut-on guérir ❞
" Par le rire d'un bambin... "






La gamine était pâle oui, à l'image de sa mère, certainement moins, évidemment. Le soleil n'existait pas réellement à Dementia, les années de l'Architecte passées dans l'obscurité des bois de Tenebris ne lui ayant visiblement pas permis de se faire une image suffisamment nette de l'astre. Aussi, le ciel se déclinait en teintes de mauve et de rose ici, formant un étrange sirop écœurant tout en apportant une lumière de nulle part. La nuit en revanche trônait dans le ciel l'immense lune de papier chiffonné. Mais sincèrement, cette enfant est si triste. Silver leva brièvement un sourcil en la voyant se faufiler jusqu'à la fenêtre, essuyant la buée froide des carreaux. Qu'avait-elle donc à voir au parc qu'elle n'avait point déjà vu... ? En cinq ans déjà, ce monde n'aurait pas dû avoir de secret pour elle. Mais après tout, s'il ne fallait que cela pour lui faire plaisir. Il lui semblait s'être déroulé une éternité depuis la dernière fois où la Démence avait pu passer un moment en tête à tête avec sa fille. Tout aurait été plus simple, s'il n'avait pas eu à lui cacher le pire, bien qu'il n'en gardait lui-même que de flous souvenirs. Mais Alcide... Grandissait. Horreur. Bientôt, elle serait plus âgée et plus adulte qu'il ne le serait jamais et il ne pouvait nullement œuvrer contre cela. L'Architecte avait beau l'habiller telle une enfant, telle une poupée, la couvrir d'animaux en peluche et de ruban, il était impuissant contre la fuite du temps. Cruelle ironie. Elle avait déjà quinze ans... La créature glissa un regard de biais à la demoiselle. Toujours enfant. Même dans sa manière d'être. Pouvait-elle encore seulement grandir en vérité... ?

La tirade à propos du lapin blanc conforta Silver dans ses pensées, lui tirant un bref rictus. Tout en boutonnant le manteau de sa progéniture, la noiraude acquiesça lentement.

« Disons que ce lapin là est un peu particulier, mais oui, je l'apprécie. Pour ce qui est de ton propre animal... Nous verrons cela en temps voulu. Je n'ai aucune idée de comment attraper ces bêtes là. »

Sans leur tordre le cou, se retint-il d'ajouter. Il était avant tout  un chasseur, une sirène. On ne pouvait pas lui en vouloir. Laissant Alcide se faufiler d’entre ses doigts pour se diriger dans le couloir, la sirène pris sa suite sans même broncher, satisfaite de « l’enthousiasme » inattendu de l'enfant. Tiens donc, il avait éveillé en elle un sentiment autre que la lassitude. Autant dire qu'il sentait un léger progrès. Léger. Peut-être pourraient-elles s'amuser en ces lieux délabrés. Depuis la création de Dementia, Silver avait déambulé dans les lieux, avec curiosité, avait tenté de surprendre les automates, avait erré sans but à la découverte de son propre inconscient. Mais jamais il n'avait un instant songé à s'amuser dans son propre parc. L'idée n'avait même jamais effleuré son esprit, aussi saugrenu pouvait-il être. Cette visite serait alors inédite pour lui d'un certain point de vu. Rattrapant bien vite l'enfant qui n'allait qu'à une allure mesurée, il arriva à sa hauteur et constata sa soudaine fascination pour la grande roue arrêtée. Ces lieux manquaient cruellement de vie. Levant une main vers le ciel, il ébranla Dementia d'un grincement suraigu, les mécaniques vibrantes dans leurs tréfonds pour se remettre lentement en marche. Un être rationnel n'aurait eu aucune confiance envers des attractions aussi mal entretenues. Mais depuis quand la Démence elle-même pouvait-elle faire preuve de rationalité... ? Il sentait déjà la fatigue la gagner. Réveiller ce monde n'était pas chose facile. Mais désormais, ce parc était en vie. La créature glissa un regard sur sa progéniture, tentant de discerner une expression de contentement quelconque sur son visage impassible.

« Viens... Tu ne pourras pas voler mais au moins, tu pourra monter au plus haut du ciel. »

Soulevant avec quelques difficulté la demoiselle, l'Architecte l'installa à l'intérieur de nacelle, se postant à ses côté avant de laisser reposer l'arrière de son crâne sur le mur rose délavé. Il avait pourtant promis de cesser ce tour de passe-passe qui le mettait dans un état de fatigue presque insupportable. Fermant ses paupières, la chose laissa la nacelle se soulever doucement, peu à peu, s'assurant de temps à autre que sa fille ne se penche pas trop près du bord. Ce coup de force l'aiderait peut-être à dormir enfin ce soir. Dormir pour de vrai. La Mère leva une main sur le crâne de son enfant, laissant éclore ses améthystes vers le ciel de sirop, un léger sourire ourlant ses chaires pourprés.

« Ne t'es tu jamais demandé si les nuages ici sont sucrés, Alcide... ? »


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH



_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Let's stroll in the woods, while the wolf is not here ♪
Féminin Messages : 13

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: ma petite poupette d'amour ♥ (dixit son Architecte =w=)
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide de Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Sam 16 Aoû - 23:36

À parler de lapin, la petite s'attendait à en voir débarquer un ou même plusieurs de sous son lit, de son placard, de sa porte d'entrée. Oh oui, elle aimerait tellement en avoir un, elle serait alors si bien entourée en plus de son ours en peluche. Si mère aimait les lapins, peut-être qu'elle l'autoriserait à en avoir un ? La regardant d'un regard morne, il lui semblait comprendre qu'elle lui parlait d'un lapin en particulier. Elle en connaissait donc un ? Pouvait-on parler avec des lapins ? Peut-être que sa mère pourrait convaincre ce lapin de venir jouer quand elle prenait le thé avec ses poupées et son ours. Néanmoins elle ne semblait pas savoir comment attraper un lapin afin de le lui ramener. La petite haussa les épaules, emmitouflée dans son manteau, elle se dirigea vers la porte.

« Un lapin ne s'attrape pas, c'est lui qui vient à nous. » dit-elle d'une voix plate, à la façon d'un automate.

Passant la porte, elle ne s'occupa même plus de sa mère et descendit jusqu'à la porte d'entrée. Le parc d'attraction était désormais la seule chose à laquelle elle pensait, le seul endroit où elle désirait aller, sans trop savoir pourquoi. Ce n'est pas comme si elle y allait presque chaque jour. D'ailleurs elle ne se souvenait plus de ce qu'elle avait fait hier, ni même ce matin. Ce qu'elle savait c'était qu'il lui semblait éprouver autre chose que de la lassitude et de la passivité à l'idée de s'y rendre. De la joie ? Pas tant que ça. Une étincelle peut-être. Une sorte de contentement. Arrivée au parc sans même vérifier derrière elle si sa mère l'avait suivi, elle déambula dans les allées jusqu'à l'attraction qui la fascinait depuis la fenêtre de sa chambre enfantine. La grande roue. Levant la tête, elle pourrait presque esquisser un maigre sourire en la regardant, mais ses lèvres restèrent immobiles. Alcide désirait voler. S'échapper. Elle savait inconsciemment que ce dernier mot ne devait être dit en présence de sa mère, celle-ci serait sûrement peiné, mais aussi très en colère. Alors elle se contenta de vouloir aller tout en haut, toucher les nuages peut-être ? Ils devaient être doux, cotonneux, comme de la barbe à papa. Un mouvement à ses côtés, mais elle ne tourna pas la tête. Une lueur de vie traversa ses prunelles lorsqu'elle entendit la roue grincer et se mettre à tourner. Elle regarda alors sa mère et l'observa, la lueur était vite partie et avait laissé place à la mélancolie.

Monter au plus haut dans le ciel, mais condamnée à garder les deux pieds sur un sol. Elle se laissa soulever, atterrissant dans une des nacelles, sa mère la rejoignant. La petite installa son ours en peluche, faisant attention à ce qu'il ne tombe pas et s'appuya contre le bord de la nacelle pour regarder le sol s'éloigner tout doucement dans des grincements sonores. Une personne saine d'esprit ne serait jamais montée dans une attraction aussi mal entretenue, mais Alcide ne se préoccupait pas de ça. Elle se rassit avant de regarder sa mère et de lever les yeux vers le ciel coloré et ses nuages aux couleurs pastels.

« Acides. Acides comme …. » Comme quelque chose de mauvais. Désagréable en bouche. Mais le fil de sa pensée se perdit et elle ne finit pas cette phrase. « Sucrés comme de la barbe à papa … J'en ai déjà mangé...avant. » Elle se souvenait. De vagues souvenirs. Un parc ensoleillé, des enfants, des cris de joie, des nuages rosés et sucrés sur un bâton.

La jeune fille se redressa et s'agenouilla sur le banc de la nacelle pour regarder le sol. Elles étaient si hauts désormais. Sa main paraissait si grande qu'elle pourrait attraper le socle de la grande roue pour la soulever encore plus, jusqu'à toucher le ciel. Elle leva ensuite sa main vers le ciel, les nuages semblaient si proches, elle pourrait tenter de les saisir. Mais l'envie n'y était plus, elle se rassit sagement et repris son ours en peluche contre elle avant de dodeliner sa tête de droite à gauche sans un mot et un regard pour sa mère. Par contre, elle s'adressa à son ours en peluche.

« Nous aurons bientôt un ami pour prendre le thé. Un lapin.... Maman le connaît, c'est ce qu'elle a dit. Peut-être en aurons-nous d'autre ensuite si nous sommes gentils avec celui-ci ? »

C'était déjà trop de mots, trop de phrases en une journée. Alcide se sentait fatiguée. Ses nuages auraient pu être de très bons endroits pour se reposer s'ils n'avaient pas été aussi haut. Quel dommage. Quel gâchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   Jeu 4 Sep - 23:53














❝ Le gris d'un ciel ❞
" Où nos fées disparurent ... "






Question lapin insaisissable, sa jeune enfant n'avait que trop raison. Silver en savait quelque chose après-tout. Hellish ne consentait à montrer le beau de son museau précédent ses pupilles rougeoyantes que lorsque bon lui semblait, parfois dans les pires situations, parfois simplement au-dessus de son lit, à veiller sur son sommeil sans un mot, replaçant une mèche échouée par mégarde le long de son épaule satinée. Pourquoi lui, pour l'Anomalie ? Arguait-on sous les sourires de façades lorsque les minutes s'égrainaient à chaque réunion. Pourquoi le marionnettiste suprême portait-il donc tant d'attention à cet être misérable et supposé insignifiant... ? Si certains jalousaient ce statut privilégié, bien d'autres encore le redoutait sans oser un frémissement de lèvre. L'attention de Sieur Lapin braquée sur un être pouvait être bénédiction tout comme synonyme d'une mort certaine et à venir. Qu'importe. La Démence ne craignait pas plus la mort que les moqueries. L'étincelle, bien que de courte durée, anima un instant la fillette gambadante dans cette étoffe presque trop large, trop épaisse pour un si petit corps. La noiraude déambula à ses côtés, le pas léger et presque voltigeant, épousant le sol de par une accoutumance de chasseur qui n'en finissait plus de transparaître dans son quotidien qu'il aurait voulu moins sauvage, moins sanglant, rangé, propre, bordé de dentelles et porcelaines aux motifs fleuris. Chasser le naturel et il revient au galop. Silver abaissa instinctivement ses violines sur cette terre infertile où seuls semblaient s'épanouirent ferraille et crissements assourdissant.

Les voilà donc à monter, monter, la créature tiraillant les pans de sa chemise de nuit, tentant d'y dissimuler ses pâles brindilles sans succès, comme soudainement prise d'un sursaut de pudeur suite à quelconques pensées probablement douteuses, à moins qu'elles ne fut simplement désagréables. De la barbe à papa, marmonnait t-elle... Sucré comme de la barbe à papa. La bestiole fronça les sourcils, quelque peu frustrée de ne pas parvenir à poser une sensation sur l'appellation de ce goût. Si Dementia n'était qu'une incarnation de son esprit, ce qui y demeurait ne pouvait être créé qu'à partir d'émotions, de sentiments ou de souvenirs palpables. N'ayant aucun sens des température, ce monde désincarné n'en comportait guère, soufflant peut-être d'un froid vaguement perceptible dans les instants de solitude profonde de l'Architecte. On n'y sentait que la chaleur des autres ou celle de son propre corps. Il en allait de même pour le sens du goût, bien entendu. Le régime alimentaire stricte et fort peu permissif de la bête ne lui permettait pas d'étendre sa connaissance sur bien des goûts. Aussi, si sa table s'avérait souvent garnie visuellement, la saveur des plats demeurait terne, inexistante. Alcide ne s'en était jamais réellement offusqué, pas plus que Laury. Extasy ne s'était pas privé de lui faire la remarque avant que la Démence ne s'empresse de le congédier à HellishDale d'un regard cynique et qui en disait long sur son intérêt à ce sujet. Mais... Barbe à papa. Papa... La sirène fixa ses propres ongles d'un œil vaguement critique, s’interrogeant intérieur.

Lui qui n'avait connu ne serait-ce que l'ombre paternelle devinait sans grande peine qu'il s'agissait là d'un besoin primordiale pour une enfant en formation comme Alcide. Une enfant... La main griffue surgit dans le dos de la demoiselle pour la tirer e arrière, la forçant à se rasseoir correctement. En cas de chute, Silver avait toujours la capacité d'intervenir grâce à son pouvoir, mais rien ne garantissait le succès de la manœuvre. Il s'épuisait plus qu'il ne progressait depuis quelques temps. Dementia lui volait bien trop d'énergie. Soupire. Le nez retroussé se posant sur la petite conversant pour elle-seule. Ce n'était pas bon pour elle de ne connaître que la présence de sa mère. Extasy et Laury ne constituant en rien une figure paternelle pour la jeune fille. Il n'était plus tant question de lui-même, il agissait également pour le bien être de cette petite. Pour le bien être de sa chère petite poupée.

« Nous aurons bien mieux qu'un lapin Alcide... »

Le regard rêveur face à l'horizon étriqué, perçant ce ciel de sirop pour le faire presque s'écouler entre ses lèvres douces-amères dont s'échappe les impossibles promesses, les mensonges qu'il ne fait à lui-même, se persuadant en les comptant aux autres.

« Bientôt nous aurons un papa. Du moins... Tu auras un papa, je te ramènerais un papa à la maison. Après-tout, je ne peux pas jouer à la maman sans père à côté de moi, ça sonne plutôt creux. Et quelle ravissante famille nous serions alors... »

Le voilà qui délirait de nouveau, sourire à faire frissonner sur ses sanglantes, un frémissement plein d'avenir prometteur parcourant ses muscles dans un sursaut possessif et meurtrier. Silver ne savait encore que prendre sans consentement pour son propre bonheur, pour dépeindre son tableau si parfait dont-il était l'éternelle anomalie. L'éternelle tâche d'encre.

« Ça te ferait plaisir, non... De voir ton papa... ? Il suffirait que je le ramène à la maison. Il ne nous quitterait plus après ça, plus jamais. Il restera là, avec nous deux. Il sera heureux ici.... Et Maman aussi, sera heureuse. »

Et envieuse, égoïste. Ô combien égoïste.



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH



_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hide and Seek [Pv. Alcide]   

Revenir en haut Aller en bas

Hide and Seek [Pv. Alcide]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fée Verte :: Les Autres Mondes :: Dementia :: Le Pink Palace-