Partenaires




 


Partagez|

My dear mistress (PV Thétis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: My dear mistress (PV Thétis)   Ven 29 Nov - 17:00

Morgan soupira de soulagement quand elle posa un pied sur le sable d'Infinity. Elle rentrait d'une longue nuit à HellishDale, à ramener des essences pour sa chère Maîtresse. C'était un travail assez routinier pour la jeune androgyne, mais elle le faisait avec joie. Elle ferait n'importe quoi pour aider Thétis, l'Architecte de ce monde-océan.

Malheureusement, dans la nuit, une de ses proies s'étaient rebellées. Une bagarre s'était enclenchée, et la cécité de la Guide étant un véritable handicap, elle avait été blessées avant de réussir à s'enfuir. La blessure était légère, elle saignait seulement à une épaule, mais ça lui faisait un peu mal. Elle avait stoppée l'hémorragie à l'aide de son écharpe, à peu près comme elle pouvait, mais elle se doutait que ce n'était pas beau à voir.

Mais peu importe. Morgan était de retour chez elle, et elle se sentait bien. De sa démarche de fantôme, elle prit le chemin de retour vers le Palais. Sa canne au pommeau d'argent avait tendance à s'enfoncer dans le sable, mais ça ne la gênait pas, elle s'était habituée maintenant.

Elle sut qu'elle était entré au Palais quand ses pas résonnèrent autour d'elle. L'aveugle ne connaissait pas ces splendeurs, elle avait déjà perdu la vue quand elle était arrivée dans ce monde, mais elle savait que c'était immense, à la façon dont le bruit de ses bottes sur le sol résonnaient.

Généralement, elle rentrait avant que qui que ce soit ne soit levé, et il n'y avait donc personne pour l'accueillir. De toute façon, elle préférait que cela soit ainsi. Emmitouflée dans ses vêtements noirs: pantalons, bottes, chemise, poncho, écharpe, gants et gavroche, qui contrastaient avec sa peau et ses cheveux couleur de neige, elle faisait peur aux gens, qui avaient tendance à la prendre pour un spectre malfaisant. Connaissant la route par coeur, elle se dirigea vers sa chambre, heureusement au rez-de-chaussée, mais n'entendit pas des pas arrivés dans son dos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Ven 29 Nov - 18:13

*Voilà une bonne chose de faite!*

Pour une fois, l'architecte d'Infinity venait de rattraper tout son retard et s'était même avancé dans son travail. Ce qui était rarissime venant de sa part. D'habitude il fallait toujours la pousser ou lui promettre quelque chose en échange pour qu'elle s'y mette, mais cette fois la jeune femme l'avait décidé d'elle-même. Enfin... Il y a bien une raison à cela: elle pourrait flemmarder au moins deux semaines d'affilées non stop! Mais avant ça, elle avait besoin de dormir. Elle venait de faire une nuit blanche et la fatigue commençait à être très présente. Faut dire que Thétis n'est pas le genre de personne à faire des nuits blanches, mais plutôt des grasses matinées. Ce qu'elle allait d'ailleurs faire tout de suite!
Thétis s'affala sur son lit pour se reposer. Mais à peine avait-elle fermé les yeux, qu'elle les rouvrit aussitôt en sentant une présence familière rentrer à Infinity. Le sourire aux lèvres, elle se leva et s'empressa d'aller au hall du palais pour accueillir son guide. Elle ne prit même pas le temps de se chausser. Comme d'habitude, elle était pieds nus et portait une longue robe blanche aux bordures dorées.

Lorsqu'elle arriva au hall, Thétis s'immobilisa en remarquant l'écharpe de Morgan sur son épaule droite. Elle était blessée? Inquiète, Thétis s'approcha de Morgan avant qu'elle n'atteigne la porte de sa chambre et lui attrapa la main gauche pour la stopper.


- Tu es blessé? Qu'est-ce qui s'est passé?

Les yeux de Thétis exprimaient une réelle inquiétude et pourtant, elle ne laissa pas Morgan lui répondre tout de suite. Elle l'entraîna avec elle jusqu'à la salle de bain, là où se trouvait tout le nécessaire pour soigner des blessures. Là, elle lâcha délicatement la main de Morgan et commença à fouiller dans plusieurs tiroirs.

- Ce n'est rien de grave, n'est-ce pas?

Thétis était dos à Morgan pour chercher le nécessaire, mais aussi pour éviter de lui montrer son inquiétude ainsi que la petite peur que l'on percevait dans son regard. Peut-être aussi pour éviter de lui montrer sa fatigue d'avoir fait une nuit blanche.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Ven 29 Nov - 18:40

Morgan allait ouvrir la porte de sa chambre quand quelqu'un lui prit la main et lui demanda avec inquiétude si elle était blessée. L'aveugle aurait reconnu cette aura chaleureuse et cette voix douce entre milles... La personne qui semblait si inquiète n'était autre que Thétis, sa chère Maîtresse. La Guide en fut d'ailleurs surprise, il était rare que l'Architecte soit réveillée si tôt, elle qui aimait paresser dans son lit.

La Guide n'eut cependant pas le loisir de lui répondre, que sa Maîtresse l'entrainait derrière elle.


- D-doucement Maîtresse, j'ai du mal à suivre !

Morgan avait toujours eu plus de mal à se déplacer dans le palais. Les pièces étaient immenses, et comme elle utilisait surtout son ouïe pour se repérer dans un lieu clos, elle avait bien du mal à visualiser ce qui l'entourait dans les salles gigantesques du palais.

Elle reconnut cependant la salle de bain, beaucoup plus petite que les autres pièces, et qui avait un son bien particulier. L'aveugle sentit la Maîtresse des lieux lâcher sa main, et l'entendit fouiller les placards, probablement à la recherche du nécessaire pour la soigner. Elle pouvait entendre l'inquiétude dans la voix de l'Architecte, et doucement, posa sa main sur son épaule.


- Calmez vous... Ce n'est rien de grave, je vous assure, je n'ai même pas mal.

Pour lui prouver sa bonne foi, la Guide posa sa canne contre le mur et retira son poncho pour découvrir et sa casquette. Elle préféra cependant garder ses gants, elle avait toujours peur de toucher Thétis et d'utiliser son pouvoir par mégarde. Elle défit les premiers boutons de sa chemise, laissant entrevoir les bandes qu'elle mettait pour écraser sa maigre poitrine et ainsi cacher sa féminité. Du bout des doigts, elle découvrit son épaule et effleura la blessure pour l'analyser. Elle n'était pas profonde mais avait besoin d'être nettoyer.

- Vous voyez ? Ce n'est rien. Si vous voulez bien la nettoyer...

Morgan n'aimait pas demander quelque chose comme cela à l'Architecte, mais elle n'avait pas le choix, sa cécité l'empêchait de se soigner seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Ven 29 Nov - 20:04

Thétis ralentie sa recherche, lorsqu'elle sentie la main de Morgan sur son épaule. Elle esquissa un doux sourire et murmura quelques mots.

- Tu saignes, ce n'est pas rien... Rien qu'une petite douleur n'est pas acceptable...

Thétis sourit en se souvenant de la promesse qu'elle s'était faite à elle-même le jour où elle avait trouvé Morgan inconscient sur le sable. Morgan n'avait jamais eu connaissance de cette promesse et Thétis savait bien qu'un jour elle devrait le lui dire à force de faire des sous-entendus comme aujourd'hui. Mais pour le moment, la priorité était d'arrêter l'hémorragie. Elle continua donc de sortir le nécessaire: désinfectant, bandages et mêmes pansements illustrés de petits coquillages... Thétis s'empara du désinfectant d'une main et de l'autre un peu de coton. Elle se retourna alors vers Morgan pour avoir la confirmation de ce qu'elle disait.

- Mmm...

Thétis s'approcha plus près de Morgan pour analyser plus attentivement la blessure. Elle n'était pas très profonde, heureusement. Elle sourit, rassurée et avec un regard bienveillant, elle répondit à son guide.

- Bien sûr, tu sais bien que tu n'as pas besoin de me le demander. J'ai déjà tout en main. Ne bouge pas, je ne voudrais pas aggraver la blessure, on ne sait jamais.

Thétis finit sa phrase avec son petit rire enfantin et commença à s'occuper de la blessure de Morgan avec beaucoup de douceur et de délicatesse.

- Tu me racontes comment cette vilaine blessure à toucher mon cher jeune homme?

Tout en l'écoutant, Thétis soignait son épaule jusqu'à envelopper la blessure dans un bandage. Elle caressa légèrement l'endroit de la blessure avec douceur, mais aussi pour vérifier qu'elle avait bien fait.

*Heureusement que la fatigue n'a pas prit le dessus cette fois-ci...*
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Sam 30 Nov - 12:35

Thétis était si douce, si gentille, si prévenante... Elle était vraiment comparable à un ange, une Déesse, d'ailleurs n'était-ce pas ce qu'elle était au final ? La Déesse d'Infinity ? En tout cas, elle reignait sur le coeur de Morgan.

La Guide se laissa soigner sans bouger, esquissant à peine une grimace quand le désinfectant attaqua la blessure. Elle se devait de se montrer forte, ne jamais faiblir face à sa chère Maîtresse. Et puis, la présence de Thétis était si chaude, si agréable, qu'elle effaçait la douleur et rendait le moment bien plus agréable. Morgan hésita à raconter ce qui lui était arrivé mais finit par murmurer.


- Une Essence n'a pas voulu me suivre comme prévu... Il s'est défendu, et ma cécité n'aidant pas, je n'ai pas pu repousser tout ses coups... Mais ne vous en faites pas, je vais demander à ce que l'on transforme ma canne en canne-épée, pour pouvoir mieux me défendre.

L'aveugle avait été soldat du temps où elle vivait à Aerials, et elle ne doutait absolument pas qu'avec une arme, même sans sa vue, elle pourrait se défendre et avait encore de très bon réflexes. Elle n'aimait pas trop parler de son passé avec Thétis, car celle-ci n'aimait pas les conflits, et Morgan avait toujours peur que son coté soldat ne lui plaise pas.

Une fois la blessure soignée, la légère caresse de l'Architecte fit frémir de bien-être l'androgyne. Elle était si douce... Lentement, elle leva sa main gantée pour prendre celle de sa Maîtresse, et l'approcha de ses lèvres pour y déposer un léger baiser sur ses doigts.


- Merci beaucoup...

Elle ne le faisait pas souvent, mais parfois, la Guide se permettait un geste un peu plus intime, comme celui-ci, et espérait que cela l'aidait à séduire l'autre jeune femme. Malheureusement, elle préférait porter ses gants, de peur que son pouvoir ne lui échappe. Elle avait tellement de mal à le contrôler malgré leur longues heures d'entraînement.

Morgan lâcha ensuite la main de l'Architecte et remit correctement sa chemise. La question lui brûlant les lèvres, elle demanda:


- Au fait, que faites-vous debout à cette heure ci ? Vous n'arriviez pas à dormir ?

C'était assez rare que Thétis soit matinale, l'évènement rendait donc l'androgyne inquiet, et elle tourna plus ou moins son regard mort vers la Reine de ces lieux, en attente de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Dim 1 Déc - 11:01

Thétis ne le montra pas, mais en apprenant ce qui était arrivé à Morgan, elle s’en voulu. Comment n’y avait-elle pas pensé plus tôt ? Après être devenue son guide, elle aurait du imaginer et prévoir toutes les situations possibles et inimaginables, tous les risques pour Morgan et ainsi les éviter ou du moins mettre tout en œuvre pour les diminuer au maximum. Y avait-elle déjà pensé, mais ensuite oublié ? C’était probable… Thétis ne s’en souvenait pas, mais elle savait très bien qu’un de ses défauts était l’étourderie. Elle était capable d’oublier n’importe quoi, que se soit un sujet important ou pas. Et là… C’était un sujet important… Elle s’en mordit presque la lèvre inférieure, mais se retint et d’une voix assurée, voir très sérieuse, elle annonça à Morgan :

- Tu l’auras dans la journée, je vais m’en assurer personnellement.

Il est vrai que Thétis n’aimait point les combats, mais elle aimait encore moins qu’un de ses amis soit sans défense. Donc elle allait s’en occuper personnellement pour que la transformation de sa canne se fasse plus rapidement que d'habitude. En attendant, Thétis fit en sorte de soigner ce qu’elle considérait comme son erreur en finalisant bien son bandage.
Elle récupéra son sourire enfantin et ses joues rougirent légèrement lorsque Morgan lui fit un baisemain en remerciement.


- C’est normal voyons.

Un seul geste de sa part suffit à faire disparaître la culpabilité de Thétis et à laisser place à la Thétis plus enjouée et souriante. C’est avec cette bonne humeur retrouvée, qu’elle laissa Morgan remettre correctement sa chemise et en profita pour retournait vers l’armoire. Tout en rangeant les ustensiles et les objets qu’elle venait d’utiliser, Thétis répondit à Morgan avec une voix très amusée :

- Pas exactement… En faite… (Ne pouvant s’en empêcher, elle se mit de nouveau à rire légèrement)… Tu ne vas pas me croire… J’ai travaillé toute la nuit ! Je voulais juste rattraper mon retard et j’ai continué jusqu’à l’aube. Je suis même en avance maintenant ! Est-ce que ça m’ait arrivé une seule fois d’ailleurs ?

Thétis éclata de rire tout en fermant les tiroirs et l’armoire pour ensuite se retourner vers Morgan.

- Attends, je crois bien que c’est une première non ?! Faut fêter ça !

Thétis ne semblait plus du tout fatigué. D’un coup, elle venait de récupérer toute sa joie de vivre et maintenant elle n’arrêtait pas de sautiller sur place en énumérant à Morgan plein de façons différentes pour fêter cet « événement si exceptionnel ».

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Dim 1 Déc - 11:19

Morgan fut si surprise d'entendre sa Maîtresse lui annoncé qu'elle avait travaillé toute la nuit qu'elle écarquilla les yeux. Thétis n'était pas connue pour son amour de la paperasse, et souvent, c'était la Guide qui l'obligeait à s'y mettre.

En tout cas, d'ordinaire, l'aveugle avait tendance à toujours garder un air neutre collé au visage, mais avec l'Architecte, elle se laissait beaucoup plus allé, et son visage montrait enfin des expressions humaines de ses sentiments. Elle espérait juste qu'il ne montrait pas trop à quel point son coeur battait pour Thétis...


- Félicitation Maîtresse ! Vous avez vraiment été courageuse ! Vous avez raison, ça se fête... Et si nous allions chercher quelques gâteaux et du thé aux cuisines ? Puis je vous accompagnerais à votre chambre, vous avez mérité une bonne grasse matinée.

A vrai dire, si on lui demandait son avis, l'aveugle irait bien jusqu'à dormir avec la jeune femme, mais ça elle le garda pour elle. Morgan se leva, remit son poncho et sa casquette, puis prit sa canne et sortit de la salle de bain avec Thétis pour se diriger vers les cuisines.

- C'est étonnant tout de même cette envie soudaine de travailler autant ! Il s'est passé quelque chose ?

La Guide ne cherchait pas à se montrer irrespectueuse, mais elle s'inquiétait toujours pour un rien quand l'Architecte était dans l'équation. Elle avait toujours peur que quelque chose lui arrive, et si jamais un tel malheur devait se produire, elle ne s'en remettrait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Lun 2 Déc - 9:50

C’est en écoutant le mot gâteau que Thétis se rendit compte qu’elle avait faim. Elle avait passé toute la nuit sans manger, normal si on dort, ce qui n’avait pas était le cas pour Thétis.

- On va faire ça oui ! Je meurs de faim en plus. Toi aussi je suppose après une telle nuit. Par contre pour la grasse matinée… ça sera pour une autre fois ! Je suis trop excitée par la fête pour avoir envie de dormir !

Dès qu’ils sortirent de la salle de bain en direction des cuisines, Thétis s’accrocha au bras non blessé de Morgan comme elle le faisait souvent depuis quelques temps. Elle appréciait beaucoup ce contact, surtout que Morgan était grande et pour Thétis c’était un avantage lorsqu'on voulait marcher de cette façon. Ça donnait plus de prestance ? Peut-être… Peu importer, elle aimait que se soit ainsi, un point c’est tout.

- Mmm… Je ne sais pas trop à vrai dire…

Songeuse, Thétis appuya sa tête sur l’épaule de Morgan. Il lui arrivait souvent de faire ce geste de façon inconsciente et/ou naturelle lorsqu'ils marchaient ainsi. Elle se sentait sereine et en sécurité.

- Je me suis juste dis qu’en faisant tout d’un coup, je serais tranquille après pour au moins deux semaines voir… trois ?

Thétis rigola. Elle commençait déjà à grappiller du temps pour ne pas travailler.

- Ah ! Peut-être aussi pour que les conseillers me lâchent un peu. C’est qu’ils n’ont pas arrêté de toute la semaine à.... ?!!

Alors qu’elles arrivaient au couloir qui mène aux cuisines, un étrange bruit interrompit Thétis. Cette dernière, releva aussitôt sa tête et regarda attentivement vers d’où venait le bruit. C'était un bruit léger, on ne l'aurait pas entendu s'il avait eu lieu en plein jour avec les activités de la vie quotidienne; mais si tard ou si tôt le matin, impossible de ne pas l'entendre. Pour ne pas se faire remarquer, Thétis se mit à chuchoter sans quitter des yeux le couloir. Elle regarda même discrètement en arrière, au cas où, mais ne vit rien.

- Est-ce que ça venait des cuisines ? C’est étrange… Je ne sens aucune présence à par nous... et toi?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Lun 2 Déc - 15:39

Morgan sentit ses joues légèrement se colorer de rouge quand Thétis s'agrippa à son bras. Elle faisait souvent ça ces derniers temps, mais c'était loin de déplaire à la Guide, qui calait aussitôt ses pas sur ceux de sa Maîtresse pour que leur marche soit fluide. Ainsi collés, elle pouvait sentir sa chaleur à travers ses vêtements, son parfum doux l'enivrer, et sa voix semblait si proche... Et puis, cette façon de marcher donnait l'impression à l'Aveugle d'avoir un statut de privilégiée. Bon, elle n'était sûr de rien, mais elle avait l'impression qu'elle était la seule qui avait le droit de marcher avec l'Architecte accrochée à son bras, et c'était vraiment satisfaisant.

Morgan sourit en l'entendant rire et expliquer qu'elle s'était avancer dans son travail pour être tranquille après. C'était tout elle tiens ! Mais le bruit qui interrompit la bavarde Thétis la fit s'arrêter d'un coup, tout ses sens en alerte. Ce n'était absolument pas normal. Ses réflexes de soldat revenant à elle, la Guide tenta d'identifier le bruit, mais n'y parvint pas. L'écho généré par le couloir très haut de plafond l'en empêchait. Mais elle réussit à en deviner la source, et il provenait bien des cuisines.


- Restez derrière moi Maîtresse...

Morgan se mit en avant par rapport à l'Architecte, et tint sa canne comme une arme. Une arme assez pauvre, certes, mais c'était toujours mieux que rien. Prudemment, elles s'avancèrent vers les cuisines, et avec la plus grande discussion, l'aveugle ouvrit la porte.

Elle restait parfaitement concentré, mais le bruit avait cessé. Tenant sa canne devant elle comme une épée, elle décida d'en venir aux menaces, de toute façon, de ce qu'elle savait, les cuisines ne comportait qu'une seule entrée et sortie.


- Qui que vous soyez, sortez de votre cachette, ou ça va chauffer !

La Guide aurait préféré que sa chère Maîtresse s'en aille, pour sa sécurité, mais elle ne tenta même pas de le lui demander, elle savait déjà qu'elle refuserait....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Lun 2 Déc - 17:52

Thétis laissa Morgan se mettre devant elle, mais elle restait très près, car elle ne voulait pas qu’elle soit de nouveau blessée. Très alerte et attentive, elles attendirent une réponse qui ne vint pas, mais la menace de Morgan avait fait effet, car on entendit un autre bruit. Un bruit plus distinct cette fois : celui d’un objet brisé. Ne tenant plus, Thétis voulu s’avancer et entrer dans la cuisine pour voir ce qui se passer, mais elle fut devancée.
Dès qu’elles entrèrent dans la pièce, elles se retrouvèrent alors au milieu d’un nuage noir qui empêcha toute vision autour d’elles. Thétis toussa un peu, car elle en avait respiré un peu. Elle reconnu tout de suite de quoi il s’agissait.


- De l’encre… ?

Thétis attrapa la main de Morgan, la rapprocha d’elle-même et lui susurra à l’oreille pour qu’elle soit la seule à l’entendre et ne pas alerter le mystérieux individu.

- Morgan attends. Ne fais pas de bruit. Si c’est qui je pense, on a du lui faire peur en entrant dans le couloir. Je vais aller voir… (Thétis s’empressa de rassurer Morgan avant qu’elle s’inquiète) Ne t’en fais pas, je vais faire attention.

Thétis fit un petit bisou sur la joue de Morgan pour finir de la convaincre, puis se détacha de son Guide pour s’avançait doucement vers la table. Elle fit un petit geste de la main qui eu pour effet d’agiter l’eau environnante et ainsi faire circuler l’encre jusqu'à la faire disparaître. C’est alors qu’on vit apparaître un bébé pieuvre tout apeuré et tremblant sous la table :

Spoiler:
 

Thétis soupira soulagée en voyant son petit animal fétiche. Voilà pourquoi elle n’avait rien sentie, il ne s’agissait pas d’un être humain ou d’un être possédant un pouvoir. L’animal n’avait pas du les reconnaître, car il était mort de peur. C’est pour cela qu’elle s’accroupie sans faire de bruit et s’adressa à Octo de sa voix rassurante et douce :

- Oui c’est bien toi… Octo n’ait pas peur, c’est moi, Thétis. Tu ne me reconnais pas ?

La petite pieuvre bougea légèrement jusqu'à sortir un peu du dessous de la table comme pour mieux qui était en face de lui. Dès qu’il reconnu Thétis, il se mit à sursauter de joie et à filer comme une flèche vers elle jusqu'à être dans ses bras. Mais à la vitesse qu’il allait, il fit perdre l’équilibre à l’Architecte qui tomba en arrière. Cette dernière ne se fit pas mal, elle était même plutôt contente puisqu'elle éclata de rire en serrant Octo dans ses bras.

- Alors petit chenapan ? Ahah ! Toi aussi t’es venu chercher des gâteaux ?

Octo fit quelques bulles en tant que réponse, mais personne ne comprit. Même si elle était Architecte, Thétis ne comprenait pas les animaux, elle n’avait pas ce pouvoir. Mais on voyait bien qu’il était content et rassuré, vu que ses tentacules ne cessaient de bouger (comme la queue d’un chien si vous voulez). Thétis se releva un peu pour s’asseoir – on est plus confortable assis au sol qu’allongé- tout en gardant Octo dans ses bras. C’est alors qu’il vit Morgan derrière Thétis, il se mit à gigoter fortement pour se libérer de l’étreinte de Thétis et se dirigea à fond vers Morgan pour aller se coller avec ses tentacules à l’une des jambes de Morgan.

- Octo ne commence pas, je te vois venir. Ne vas pas embêter Morgan.

En effet, Octo avait la mauvaise habitude d’embêter ou de taquiner Morgan. Thétis ne comprenait pas pourquoi il faisait ça. Octo était son animal de compagnie et il avait toujours été avec elle depuis son ascension en tant qu’Architecte, mais ce n’est qu’avec Morgan qu’il commença à agir de cette façon.
La maîtresse d'Infinity était observatrice pour comprendre tout ce qui ne la concernait pas, mais dès qu’une personne ou un animal avait un lien avec elle, Thétis n’était plus si perspicace. Comme là. Malgré les années, elle n’avait toujours pas compris qu'Octo était jaloux et « protégé » sa maîtresse de Morgan, car ce petit animal, lui, avait tout compris.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Lun 2 Déc - 18:36

Morgan ne fut pas spécialement déstabilisée par l'étrange fumée noire qui les entourait, après tout elle ne la voyait pas, mais le goût d'encre la surprit énormément. C'était quoi ce cirque ?! Elle allait s'avancer quand Thétis lui demanda de rester en arrière. Mon dieu, pourquoi est-ce qu'elle lui murmurait ainsi à l'oreille ? Ca lui donna d'exquis frissons sur la nuque... Histoire d'être sûre que la Guide ne bouge pas, elle l'acheva d'un baiser sur la joue. Morgan se dit qu'heureusement que l'encre les entourait, Thétis ne voyait ainsi pas à quel point son visage avait rougit...

L'aveugle resta cependant attentive à ce qu'il se passait, et elle soupira de soulagement quand Thétis prononça le nom d'Octo. Ce n'était donc que le poulpe de compagnie de sa Maîtresse... Il avait surement cherché sa Maîtresse partout en ne la voyant pas venir se couché, et s'était fait enfermé par mégarde dans les cuisines. La Guide commençait à se détendre, quand elle sentit quelque chose s'agripper à sa jambe. Elle comprit que c'était justement le mini-poulpe qui l'agressait et, paniquée, secoua la jambe.


- Lâche moi bon sang !

Il n'y avait vraiment rien de plus désagréable que de sentir ces petites tentacules s'agiter sur sa jambe... Entre Octo et Morgan, c'était la guerre. La bestiole n'était pas sans instinct, et avait très bien comprit les sentiments de la Guide, il tentait donc de l'empêcher de s'approcher de sa Maîtresse, surement par jalousie. Mais Morgan avait bien du mal avec ça, après tout, elle n'avait jamais rien tenté pour séduire Thétis, et trouvait donc que le bébé poulpe réagissait de manière excessive !

L'aveugle réussit quand même à se débarrasser de la bestiole et gromella en la fusillant du regard (bon elle visait à coté, mais tant pis):


- Fiche moi la paix, je vais rien lui faire à ta Maîtresse...

Boudant un peu comme une gamine, elle se dirigea vers les placards et chercha les gâteaux et de quoi faire du thé. Pas facile quand on est aveugle, mais après ce petit moment tout sauf classe, elle tentait de récupérer des points auprès de Thétis, qui avait dû la trouver bien ridicule... Elle mit un peu de désordre mais trouva finalement des gâteaux. Elle tenta ensuite de trouver la bouilloire, sachant très bien qu'en faisant le thé elle allait se faire mal, mais tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Mar 3 Déc - 14:55

Pendant qu'Octo embêtait Morgan, Thétis se releva, épousseta sa robe blanche et se tourna vers eux. La scène qu’elle vit la fit rire, elle ne put s’en empêcher. Elle mit sa main sur sa bouche pour se retenir. Elle ne voulait pas que Morgan s’imagine qu’elle se moquait, mais ils étaient trop drôle ensemble et il n’en fallut pas plus pour que son rire cristallin prenne le dessus. Octo restait collé à la jambe de Morgan jusqu’au moment où elle réussit à se débarrasser du poulpe. Ce dernier fit des roulés-boulés jusqu’aux pieds d’une étagère contre laquelle il se cogna, ce qui stoppa net le rire de Thétis. Elle alla jusqu'à lui et le prit soigneusement dans ses bras tout en caressant l’endroit où une future bosse allait apparaître.

- Tout va bien Octo, ne pleure pas. Tu n’as rien, regarde, juste une petite bosse.

En rassurant Octo, Thétis évita une nouvelle nuée de jet d’encre. Elle se releva en le câlinant dans ses bras puis se retourna vers Morgan.

- Ne le jette pas de cette façon s’il-te-plait, il aurait pu se faire plus mal. Ce n’est qu’un bébé après tout, il est tout aussi fragile que nous deux. Et toi… (Elle regarda droit dans les yeux Octo sérieusement) Ne te colle plus de cette façon à Morgan, d’accord ?

Elle n’eut que pour réponse des petites bulles et ce qui ressemblait à une grimace de la part de l’animal. Pas très convainquant tout ça, mais bon, c’était réglé pour le moment. Elle sourit, câlina Octo et le déposa sur le bord de la table en lui chuchotant de ne pas bouger et d’attendre sagement. Thétis prit la bouilloire pour le thé et rejoignit vite Morgan avant qu’elle ne boude trop longtemps, car Thétis l’avait remarqué.

- C’est ça que tu cherches ?

Thétis prit avec douceur l’une des mains de Morgan et la lui mit sur la bouilloire.

- Je m’en occupe, je te laisse les gâteaux. Et donnes-en un à Octo sinon il risque de tout piquer et de se goinfrer (léger petit rire).

Elle approcha alors son visage, devenu soudainement rouge, de celui de Morgan et lui fit une nouvelle bise sur la joue.

- Ne boude pas trop et… merci d’avance.

Et avant de devenir encore plus rouge qu’une tomate ou de faire une autre folie comme celle-ci, Thétis s’empressa de reprendre la bouilloire en main, pour la remplir et s’occuper du thé.
C’est alors qu’Octo, toujours sur la table, fixa Morgan de ses petits yeux noirs. Il le surveillait et le regardait jalousement ou était-ce les gâteaux ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Mer 4 Déc - 7:51

Morgan grimaça en entendant sa Maîtresse rassurer la bestiole comme si c'était un enfant. Non mais c'est dingue ! Pourquoi était-elle si douce avec lui, alors que c'est lui qui l'attaque à chaque fois ?! Ah elle la réprimande en plus... De mieux en mieux...

Morgan se tapa la tête contre un placard. Elle devenait jalouse d'un bébé poulpe. Franchement, c'était pathétique...

Elle soupira cependant et se calma, sortant de ses pensées quand Thétis prit sa main dans la sienne. Elle était vraiment très douce, comment Morgan pourrait-elle la bouder très longtemps ? Si en plus elle ajoutait un baiser pour la convaincre, impossible de résister...


- Oui Maîtresse...

Voilà. Résistance: 0. La Guide s'occupa donc de trouver le plus de gâteaux possible et les installa sur la petite table de la cuisine. Elle mit ensuite les tasses sur la table, ainsi qu'une boite de sucre, puis s'assit. Elle remercia Thétis quand celle-ci lui servit le thé, puis tendit sa tasse vers elle.

- Et bien, fêtons votre courage d'avoir travaillé toute la nuit ! Bravo Maîtresse !

L'aveugle rit, un rire léger et discret qui ne se faisait pas souvent entendre, car elle avait tendance à rester trop sérieuse tout le temps. Elle entendit le bébé poulpe se goinfrer, et décida de faire un geste, en réalité surtout pour plaire à la jeune femme. Elle prit un biscuit et le tendit approximativement vers le poulpe.

- Tiens Octo. Faisons la paix, tu veux bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Mer 4 Déc - 14:29

Dès que le thé fut prêt, Thétis le rapporta sur la table et servis tout le monde ; même Octo, il aimait le thé aux algues très sucré avec sa petite touche personnel : un jet d’encre. Elle s’assit ensuite, prit sa tasse de thé et avec une joie enfantine fit un tchin-tchin contre la tasse de Morgan. Elle remercia Morgan et rit avec elle, lorsqu'elle s’exclama qu’elle ne le referait pas de si tôt !

Pendant qu’ils discutaient, Octo en profitait pour dévorer le plus de gâteaux possibles : un pour chaque tentacule. Mais il s’arrêta lorsqu'il vit le gâteau que lui tendait Morgan. C’est avec son visage plein de miettes, qu’Octo regarda Morgan tout d’abord d’un air interrogateur puis méfiant. Il resta ainsi quelques secondes, avant d’avancer une de ses tentacules vers le gâteau en question. Il le prit, l’examina de plus près, puis le mangea en une bouchée. Le poulpe sembla se régaler et envoya plein de petites bulles en remerciement. Tout content, Octo nagea jusqu'à Morgan et à son tour lui offrit un gâteau, sauf que celui-ci était particulier : il était tout noir. En effet, notre petit poulpe venait d’asperger le gâteau de son encre. Ce n’était pas du tout une insulte, mais en signe d’amitié ou plutôt pour enterrer l’hache de guerre momentanément, Octo avait accepté le cadeau de son rival et là il faisait de même, mais à sa façon.

- Octo… Je ne pense pas que Morgan aime l’encre tu sais…

Thétis essayait de faire comprendre gentiment à Octo que même si l’encre de poulpe était comestible et non toxique pour eux, il n’était pas coutume d’en consommer pour autant. Mais l’animal ne voulait rien entendre et insistait en agitant son cadeau devant Morgan. Il commençait à s’agacer, car si le présent était refusé… ils pourraient tous dire adieu au « temps mort » proposé.
Thétis soupira et désolée, elle déposa sa main sur celle de Morgan.


- Je crois que tu n’as pas le choix si on veut avoir un peu de tranquillité. Tu peux refuser bien sûr, je m’en occuperais dans ce cas.

Thétis sourit et regarda la scène avec amusement, mais bientôt son sourire s’évapora pour laisser place à un visage prudent, attentif et sérieux. Une présence. Cette fois elle ressentait bien quelque chose, mais elle ne savait pas où exactement. Impossible de la localiser. Thétis arrêta de la chercher -pourquoi perdre son temps? Si elle pouvait la localiser, cela aurait déjà été fait- et se pencha alors vers Morgan et d’une voix sérieuse lui susurra –presque ordonna (mais toujours gentiment) ces quelques mots :

- Fais sortir Octo. Qu’il aille dans la chambre ou autre part, mais soit sûr qu’il ne puisse pas revenir ici.

Qu’il était flagrant pour les personnes qui la connaissaient, de voir les différences entre Thétis et l’Architecte d’Infinity. Elles n’étaient pas nombreuses et plutôt subtiles, mais une chose se retrouvait dans les deux facettes de sa personnalité : elle n’appréciait guère qu’on débarque chez elle à l’improviste.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Jeu 5 Déc - 15:42

Morgan ne comprit qu'Octo lui offrait à son tour un gâteau qu'en sentant l'eau bouger devant son visage, et les mots de Thétis. Et encore, elle mit un moment avant de comprendre la situation, étant donné qu'elle ne voyait absolument pas le bébé poulpe agiter sa tentacule comme un fou juste devant ses yeux. Elle sourit à sa Maîtresse pour la rassurer et tendit la main vers Octo. Le bébé poulpe comprit et déposa le biscuit dans sa main.

- Ne vous en faites pas, il fait des efforts pour que nous nous entendions mieux, je me dois de les honorer.

L'aveugle croqua dans le biscuit et fut assez surprise. Au final, on sentait assez peu le goût de l'encre, et le goût naturel du biscuit restait le plus présent. Morgan termina le biscuit et sourit plus ou moins vers le petit animal, maintenant l'accord de paix était signé. Ils allaient enfin arrêter de se tirer dans les pattes.

La Guide cependant sentit elle aussi une présence. Et si elle la sentait, cela voulait dire que la présence venait d'un autre Guide. Elle allait en parler à Thétis, mais celle ci fut plus rapide, et murmura ses ordres à son oreille, ce qui la fit frémir de tout son être.


- Je m'en occupe madame...

Morgan tendit les bras vers le petit poulpe, qui s'y installa sagement, puis prit sa canne et sortit de la cuisine. Ca ne lui plaisait pas de laisser sa maîtresse seule, mais elle devait obéir aux ordres. Elle se dépêcha d'aller déposer l'animal dans la chambre de sa Maîtresse, lui demandant de ne pas en sortir, puis repartit aussitôt et courut presque vers les cuisines. Pourvu qu'il ne soit rien arriver à l'Architecte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Chasseur d'horizons - Ombre sauvage
Masculin Messages : 234

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Trop pour les citer ; on le dit volage, sauvage, presque fou peut-être. Amusez-vous avec ce matériel.
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Ven 6 Déc - 13:55

-Bonsoir.
L'ombre entra dans la cuisine un instant après que Morgan en soit sortit, son paquet tentaculaire dans les bras Le hasard était presque trop parfait ; son sourire presque trop malicieux. Sa démarche trop sylvestre. Bartel n'avait pas sa place ici : trop de murs. Il les repoussait par sa présence, ou bien la forêt rampait dans son ombre, n'attendant chaque instant que de se déployer, explosion de verdure et de senteurs. Même ici, elle lui collait au corps, gluante, tourbeuse, habitait toutes ses courbes, traînait dans ses cheveux des doigts terreux qui sentaient l'automne et le printemps semé de myosotis. Un peu de soleil à la pointe des cils, quelques bonheurs bleutés au fond de l'iris, un jour d'été lui colorant les joues. Sur ses lèvres, tous les pinçons moqueurs jetaient leurs mélodies, et les mésanges drapaient ses épaules pour lui faire une cape pépiante, qui battait de cent ailes pour le mener dans les cieux aveuglants de vastitude.
Trop de chants lui entamaient les joues, on l'aurait vu siffler s'il n'avait pas souris. On l'aurait vu hurler l'hiver par ses lèvres gercées.
S'il n'avait pas laissé battre les mots- de leurs ailes intangibles.

Mes salutations Téthis.
Presque polis dans sa demi-révérence narquoise, parfumée de dérision... Il l'arrosa d'un regard étincelant, de ses yeux d'étang mousseux. Débraillé comme de coutume, les cheveux défaits, la barbe emmêlée, un sourire pendant aux lèvres, pourtant, comme une étoile en plastique qui se décolle du plafond. Il lui jeta en pâture quelques secondes pour calmer l'hymne rouge de son cœur.
Je ne tarderai pas à reprendre la route, et je me suis dis que partir sans passer dire au revoir était impolis.
Il s'introduisit plus avant dans la pièce, ne troublant pourtant pas outre mesure l'Architecte, toujours digne, pondérée. Impossible de lui tirer les vers du nez, de la faire réagir... Trop calme, trop bien élevée. Téthis était un joli chat de salon né dans une douce étreinte, entre deux coussins de soi bien rembourrés, entourés de parfums, posée sur une route sans heurs dont on taillait les arbres. Elle avait des griffes et savait s'en servir, mais Infinity ne forgeait pas le caractère... Ou du moins, pas d'une manière conventionnelle. Le sang froid de Téthis avait quelque chose d'impressionnant, mais ce n'était pas la fureur froide qui battait les tempes de certains autres. On ne mettait pas facilement en colère l'Architecte, et quand bien même, elle ne le montrait pas.
A ce jour, Bartel n'avait tout au plus réussit qu'à l'agacer. Rien de si puissant quand on y songeait.

Tu sais comme je suis à cheval sur les convenances, ce genre de choses.
Il s'en moquait. Ils le savaient tous les deux, mais Téthis était trop polis pour lui faire remarquer. Elle souriait à ses brocards, passait outre son ironie. C'en était désolant : ne pourrait-il donc jamais lui arracher de cris ? Elle aurait dû se mettre en colère. N'importe qui l'aurait fait.
Pas elle.
Il ne poussa pas l'impolitesse jusqu'à prendre une chaise, mais se plaça assez loin de la porte pour faire comprendre à l'Architecte qu'il ne comptait pas la quitter de sitôt. Bientôt, il irait tuer la neige des monts gelés d'Aérial... Entacher l’œuvre proprette de Wilhem, avec ses doigts baladeurs, sa voix gorgée de pluies tièdes. Il irait démolir ce monde terne, colonnes par colonnes, cœur par cœur... A coup de sourires, de caresses, de murmures, il ferait fondre les glaciers. Une fois de plus, il se vengerait pour les premières journées d'Errant qu'il avait dû subir,  jeté à bas dans la neige, repoussé, exilé, abandonné aux mains de la tempête. Seul hasard l'avait sauvé, quand songeant à une contrée plus faste,  plus chaude surtout, il avait découvert qu'un autre monde pouvait lui tendre les bras... Pour peu qu'il y songe, qu'il se donne la peine d'éveiller ses pensées.
Téthis aurait bien pu se dire qu'il lui voulait du mal. En réalité, il l'appréciait... A sa manière propre, si singulière fut-elle.
Il lui sourit, derrière sa barbe fauve, jetant un regard à la cuisine en désordre.

Je doute que ces petites attentions m'aient été destinées. Va savoir pourquoi...
Il haussa les épaules, rejetant une fausse inquiétude.
Attendrais-tu quelqu'un ?
Bartel s'assit sur le sol, comme il en avait l'habitude en ces lieux. Jamais on ne l'avait vu prendre chaise au palais de Téthis, incongruité sur laquelle on ne se lassait pas de ricaner ; les chiens à terre, les Hommes dans les sièges. L’Égaré n'en avait jamais pris véritablement ombrage, destinant un rictus carnassier à l'intention de ceux qui lui claquaient des rires mauvais  dans le dos. C'était que même assis, plus bas que les autres, des cheveux devant les yeux, il ne perdait rien de son espèce dénaturée de contenance, cette dignité sauvage qui s'accrochait à sa figure terrassée de broussailles. Il était à son aise sur le sol, en tailleur, les mains soutenant son corps de falaise plaquée de verdure racornie. Juste là, comme un animal échappé de sa cage.
Je gage que oui.
Et oui. Il ne tarda pas à avoir sa réponse. Ses yeux étaient déjà posés sur l’embrasure que la face blanche de Morgan, explosion d'asphodèles gribouillées en bouquet, apparaissait précédée des claquements presque furieux d'une course.
Il n'eut pas à parler, elle sut qui il était avant que sa voix ne vibre. Il eut d'abord un rire court pour son souffle haché d'un rien, puis, annonça sa présence plus clairement qu'avec des odeurs, une aura et Hellish savait quoi d'autre.

Morgan ! Cela faisait bien... Une semaine... ? Plus... ? Heureux hasard -précipité- que de te revoir. Bonsoir.
Il sourit.
Je t'envie. Toi, tu as le droit aux gâteaux et au thé.
Ses yeux coulissèrent, narquois en leur brillance. Ils rajoutaient : << Et à Téthis aussi. >>

_________________
Kairec <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Sam 7 Déc - 16:56

Thétis regarda Morgan sortir avec Octo. Rassurée, elle alla s’assoir, mais n’en eut pas le temps, car la présence était là, toute proche. Elle eut à peine le temps de se retourner vers l’entrée de la cuisine, pour le voir arriver. Toujours fidèle à lui-même avec son odeur de forêt. Ça changé des odeurs océaniques. Thétis sourit aimablement et d’une voix douce répondit à Bartel.

- Bonjour Bartel. C’est une surprise de te voir ici à l’improviste !

Thétis gardait son sourire, mais au fond elle n’avait pas très envie de sourire. Elle n’aimait pas du tout qu’on vienne à l’improviste chez elle et pourtant elle resta là sans sourciller. Thétis savait très bien se contrôler à la perfection, encore plus quand il s’agissait de Bartel. L’architecte d’Infinity savait qu’il voulait la faire sortir de ses gongs et rien que pour ça, elle ne le faisait pas et restait d’un sang froid quasi royal. Au final ça l’amusait assez. Elle appréciait bien le guide libre et comme tous les architectes, elle serait enchantée de l’avoir à son service. Mais au moins elle, elle le serait sincèrement, car elle l’aimait bien, malgré son caractère si… atypique. Même si elle aurait préférait qu’il soit un peu moins… comment dire ? Libertin ? Séducteur ? Peu importer.
Le sourire de la jeune femme s'allongea lorsqu'il parla de convenances, mais ne fit aucune remarque. Elle se dirigea sans bruit vers une des nombreuses chaises disponibles et alla lui proposer un siège avant de s’asseoir elle-même et de lui répondre, seulement Bartel préféra visiblement son sol de cuisine. Elle avait une nouvelle fois oubliée les habitudes de Bartel. Amusée, elle rigola tout en s’asseyant sur une des chaises.


- Il est difficile de faire une fête seule…  Tu seras ravie de voir qui va arriver.

Thétis se doutait qu’il le serait, puisqu'il allait se retrouvait avec deux jolies filles, en revanche sa guide n’allait pas l’être. Morgan semblait ne pas trop l’appréciée ou était-ce parce qu’il essayait toujours de les séduire ? Thétis hésitait, mais leurs petites chamailleries et discussions, l’amusée à chaque fois ! Elle trouvait Morgan adorable dans ces moments et elle était sûre qu'aujourd'hui ne serait pas une exception. Quant on parle du loup…
Thétis vit Morgan entrer dans la cuisine et fut un peu surprise par ce que dit Bartel. Ils s’étaient croisés à HellishDale ? Thétis n’en savait rien ou du moins elle n’en avait pas le souvenir. Néanmoins, elle ne s’attarda pas trop longtemps sur sa réflexion, car son invité venait de lancer les hostilités ? Sa pensée ajoutait au regard narquois de Bartel fit éclater de nouveau le rire cristallin de l’Architecte.


- Tu pourrais en avoir aussi si tu décidais de t’installer à Infinity ~

Thétis avait parlé avec un sourire charmant et innocent qui cachait totalement l’idée et le but de chaque architecte : celui d’avoir plus de guides pour récupérer des Essences et ainsi –pour elle- faire perdurer la paix à Infinity. Mais le sous-entendu était bien là. Sans aucune mauvaise pensée.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Mar 10 Déc - 10:10

Morgan était un peu essoufflée quand elle entra dans la cuisine, mais dès qu'elle ouvrit la porte, elle en eut le souffle coupé. Une présence, écrasante, qui en faisait oublié celle de Thétis. La forêt dans toute sa force, qui de sa prestance et de son poids, rendait invisible calme de l'océan.

- Bartel...

Il n'avait pas besoin de parler pour qu'elle le reconnaisse. Sa présence était largement suffisante.

- Oui, ça doit faire une semaine... Heureux de voir qu'Hellish ne t'a pas encore dévoré.

Elle n'avait pas oublié leur dernière entrevue, comment pourrait-elle ? En l'espace de quelques heures, il s'était passé tant de choses... Cela fut à la fois long et bref, mais surtout très intense, et l'aveugle se souvenait encore avec un goût doux-amer en bouche de tout ces sentiments que Bartel lui avait obligé à ressentir. Quand elle y repensait, elle en avait la nausée, elle le fantôme, le spectre d'une vie détruite, avait ressentit beaucoup trop de choses pour que son corps épuisé en ressorte indemne. Malgré elle, Bartel l'avait marqué au plus profond de son être, sans même la toucher, et probablement à jamais.

Mais ça ne voulait pas dire que la Guide ne se méfiait plus de lui. Il avait été, l'espace de quelques secondes, seul à seul avec sa chère Maîtresse, et cette pensée suffisait à réveiller ses instincts de chien de garde, à faire gronder sa méfiance. Thétis était à elle, tout du moins elle tentait de s'accrocher à cette idée, et quand l'Architecte laissa sous-entendre son envie d'avoir l'homme à ses cotés, l'androgyne pâlit. Non ! Tout mais pas ça ! Elle ne supporterait pas une telle concurrence quotidiennement, car elle savait qu'elle n'avait aucune chance ! La glace contre la forêt, le fantôme contre l'être qu'on ne peut ignorer, l'invisible contre le lumineux... pourquoi Thétis préférait Morgan dans ces conditions ?

Mais elle ne dit rien, servante docile, chien fidèle, et se contenta d'aller chercher la théière pour remplir doucement la tasse de sa Maîtresse. Si Bartel voulait du thé, qu'il se serve ! L'heure des compromis n'était plus, et si l'Architecte d'Infinity était dans la course, Morgan se ferait barrière de glace, et ne laisserait pas l'homme-forêt enrouler ses branches autour de la Déesse des Eaux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Chasseur d'horizons - Ombre sauvage
Masculin Messages : 234

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Trop pour les citer ; on le dit volage, sauvage, presque fou peut-être. Amusez-vous avec ce matériel.
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Dim 15 Déc - 1:48

Assis sur le sol, un sourire de renard sur les lèvres, il observait les deux femmes tour à tour avec l'air de connaître quelque secret gênant. Ses yeux avaient, dans la douce luisance plaquée sur chaque chair de la pièce, une couleur presque gênante de vert dilué, comme si ses iris contenaient les germes d'un champ de fleurs reployées. Comme si, d'un instant à l'autre, ce marron tourbeux où se fragmentait une verdure fangeuse, avait pu laissé jaillir de ses profondeurs une armada bruissante de branches toute parées d'aiguilles et de feuilles odorantes. Comme si étalées là, mille plaines faisaient danser leurs courbes brunies par un cagnard qui ne daignerait pas offrir de parhélies, pour cause d'un air aussi sec qu'une gorge déshydratée. Comme si des montagnes enveloppées d'herbe fraîche s'étaient couchées autour de sa pupille, soulevant une poussière qui retombait maintenant, dévoilant en ondoiements subtiles ce qu'il restait du monde... Une mousse pâle flottant sur un étang, des algues plaquées sur la boue froide.
Il souriait avec ces yeux là, presque espiègle, mais trop barbu pour avoir la frimousse d'un enquiquineur charmant, dévoué corps et âme aux rires frémissants qui ne demandaient qu'à naître. Si de toute évidence Bartel trouvait de quoi s'amuser, la masse fuligineuse de sentiments embrouillés qui flottait entre lui et Morgan indiquait à l'Empathie renifleuse et lascive, que tout le monde ici n'était pas si content de l'entendre- de le sentir, même. La Guide flairait toujours son intérêt grognon, faiblard, pour la jolie Téthis, et elle n'était sûrement pas dupe de son jeu de séduction tamisé. Seulement, elle prenait trop au sérieux l'éventuel concurrence qu'il lui faisait sans y croire : l'Architecte ne tomberait pas dans ses bras, quand bien même la Lune aurait reposée entre ses mains calleuses. Bartel n'était pas assez sot pour y croire, et n'importe qui d'autre à vrai dire, s'en serait rendu compte... Mais quand l'amour s'en mêle, les paupières deviennent de plomb, et les yeux du Fantôme restaient clôt pour cette fois, arguant que sa cécité était plus que physique, sur ce sujet au moins. Morgan ne comprendrait jamais que son prétendu rival pouvait tout au plus arracher une risette à l'élue de son cœur ;  faire danser d'un rire bref cette gorge pâle et radieuse, étirer de ses mots mais jamais de ses doigts, les lèvres de la douce Naïade ; mais de leur vivant à tous, on ne le verrait pas remporter une victoire charnelle sur Téthis et ses charmes. Elle n'était pas pour lui, et à vrai dire, il lui arrivait de se demander pourquoi sa Guide blafarde lui convenait plus que n'importe qui d'autre. Pourquoi, en effet, préférer ce spectre introverti au monstre tangible qu'il était ? Pourquoi ce monde lointain que représentait Morgan, quand lui était offert, fascinant univers venu frôler sa vie, mille routes tracés qui ne demandaient qu'à se refaire sur les courbes d'une femme attachées à son corps comme un bagage vibrant ? Pourquoi diable ce touché froid, cette mine fade et chiche d'expressions, plutôt qu'un été souriant qui déroulait ses rayons, ses ondées, un siècle d'embellie condensée en quelques heures au chaud ? Téthis avait toute les raisons de succomber, plus encore au vu de son ingénuité quant au sujet de certaines formes de communication, toutes en souffles, en caresses, en paroles déportées sur le bout des doigts et des lèvres. Il avait de bons filets pour attraper ce genre de papillons, savait comment préserver les écailles de leurs ailes, connaissait les manœuvres à appliquer pour que poudroient soudain les beautés fragiles qui se faisaient la révérence à l'ombre d'une nuit solitaire, dans un lit clôt et froid, préservées de tout un monde qui soufflait loin des vierges aux mains propres. Il avait toute une science occulte aux tons vagues et chauds, attirants le regard, une science qui déclinait ses savoirs sur une échelle mystérieuse de corps-à-corps plus ou moins odorants, plus ou moins intenses, plus ou moins longs ; une science que d'autres voulaient apprendre, fatalement, car il savait la rendre attrayante aux yeux des néophytes, pleine de promesses aux autres. A ce petit jeu de fuites effarouchées, d'hésitations rubescentes et d'acceptations voilées, Bartel était devenu tout d'abord familier puis tout simplement maître. Il aurait parié pouvoir forcer n'importe quelle chair s'il l'avait voulu- puis il y avait Téthis. Téthis, tranquille, Téthis le carillon de cristal qui tintait pour un rien. La clochette en argent Téthis, un rire avec de la peau accroché sur ses notes scintillantes, voilà ce qu'était Téthits, Téthis était une voix aux trémulations de joie, Téthis le nuage qui prenait soin de ne pas cacher le soleil, l'arc-en-ciel après la pluie, parce-qu'il fallait bien alors une bonne nouvelle pour colorer le jour gris, n'est-ce pas ?
Terrible Téthis, à mille lieu de ses mains. A sa manière, l'Architecte était aussi inconsistante et fuyante que Morgan. Peut-être se retrouvaient-elles finalement dans le même monde, vingt-cinq mille kilomètres au delà de la limite de l'univers connu, cachées derrière les étoiles, drapées par la lumière des astres qui se balançaient des deux côtés du vide... Spectres joints tout compte fait, toutes deux des fantômes qu'on ne pouvait pas toucher.


- Bartel...
On le voyait donc depuis l'autre bout de l'univers ? Intéressant. Il devait faire un jolie constellation malgré tout, alors, nonobstant leurs fuites plus ou moins élégantes, leurs jeux étranges, les drapées de mots ou de silence qu'elles lui tendaient entre deux prises de paroles démesurément siennes.

-Lui même, répondit-il d'une voix avenante en se levant souplement. La pièce sembla tanguer quand il se remis sur pied ; une bouteille à la mer, ballottée par les vagues... Du moins eut-il l'idée, l'impression vague de cette sensation, quand Morgan attrapa son bras tendu pour la saluer d'une manière mécanique qui confinait au geste de survie, comme se saisissant d'un bâton pour ne pas couler entre des flots déchaînés. Jolie anticipation. Ravis de te voir par cette belle soirée ; plus encore dans mon intégrité. A la décharge de Sieur Lapin et de ses manigances, je ne suis pas retourné au ville pour lui donner la possibilité de me faire passer de l'état d'être vivant à celui de carne suintante.
Il lui sourit, sachant qu'elle sentirait ses lèvres tendues même à travers l'air et le voile noir qui les séparaient inexorablement ; puis se tourna aussi sec, abandonnant son bras un peu brusquement peut-être, pour aller rejoindre la table. Pendant une seconde, il avait faillit user d'une galanterie narquoise en menant Morgan vers sa chaise, mais la Guide n'aurait pas appréciée, il le savait.
Si provoquer plus ou moins subtilement son prochain faisait partie des petits plaisirs qu'il s'autorisait, plutôt arbitrairement, à prendre aux dépends d'un vis-à-vis choisi, sa présence seule semblait remplir le rôle de défis fatidique aux yeux de la jeune femme. Nul besoin d'ajouter de la vexation à la tension de Morgan.
Savoir qu'il était là, tangible, brûlant, et en toutes possessions de ses moyens, suffisait à l'aveugle pour être aussi nerveuse que si se préparait dans la charmante cuisine un pugilat capital durant lequel elle devrait jouer sa vie... Ou bien, elle était aussi dilatée de panique depuis sa poitrine froide, que les chevaliers en joute plastronnant sous les yeux d'une belle dame. Ils avaient dû ressentir quelque sentiment voisin à celui qui troublait l'albinos, en faisant leur passe au galop, priant pour éviter une opprobre qui défigurerait leur amour propre à jamais.
Bien sûr, Morgan refuserait de trembler devant lui. Mais le goût de son inquiétude ne pouvait échapper à l'Empathie inquisitrice... Qu'elle le veuille ou non, il savait tout de son cœur, ou du moins ce qui importait pour le moment. Il avait beau débarquer en plein milieu d'un tête à tête, Bartel n'était pas perdu dans cette conversation ; son intrusion était, une fois de plus, étrangement réussite. Sûrement à force d'habitude, plus personne ici ne s'étonnait de le voir porter son ombre embaumée là où on ne l'attendait pas, et surtout quand on la pensait loin. Téthis plus que quiconque, illuminant la pièce d'un sang froid teinté de candeur, de joie, et de malice. Elle savait tenir la bride à certains sentiments, et ne gardaient que les bons pour faire galoper son cœur fou.
Incroyable.
Il chaparda à la vue quelques gâteaux sur la table, puis, en faisant le tour, passa derrière Téthis en laissant traîner une main sur le dossier de la chaise, tout près de son dos.

J'en aurais autant que je le veux en décidant de faire bouger mes doigts, jeune nacre des profondeurs.
Et cela aussi faisait partie de ses habitudes. Chercher des épithètes pour désigner la Grande, provoquer une flambée de jalousie dans le cœur faillible -tout compte fait- de Morgan en décorant sa Belle de jolies guirlandes en mots tressés, charmants compliments brodés sur une voix chaude... Non, vraiment, personne n'était dupe, pas même la principale intéressée. Seule la Guide continuait de le croire apte à lui ravir Téthis.
Bartel se ferait un plaisir d'ouvrir ses yeux ce soir : qu'une fois pour toute elle comprenne que la voie était libre.

Et pour ce qui est de la surprise -je n'en doute pas un seul instant, agréable- que représente ma visite, tu ne me feras pas dire que mes autres intrusions te prirent moins au dépourvu.
Il ne s'annonçait plus depuis longtemps déjà. Toquer à la porte, patienter devant l'entrée ? Allons donc ! Jamais. Lui entrait comme un oiseau par la fenêtre, sans daigner prévenir de sa présence. Il arrivait simplement à l'improviste et commençait à chanter tout un charivaris de mots aux oreilles qu'il trouvait.
Bartel enfourna un gâteau dans sa bouche, bifurquant pour refaire un tour de la table. Il se laissa tomber à genoux et croisa des bras nus, bronzés et noircis de poils, entre les deux jeunes femmes. Son regard coulissa vers Téthis en même temps qu'un rire d'un rien moqueur.

Quoi qu'il en soit, ne compte pas m'attirer ici avec des compliments, des biscuits et du thé. Même ton joli minois n'y fera rien ; je ne me lierai jamais à aucun Architecte.
Il haussa un sourcil.
Du moins, pas en tant que Guide.
Et il eut un sourire égrillard, tout à la fois amusé et espiègle. Car tout le monde ici avait saisit ce sous-entendu ; et faire rougir deux paires de joues d'une même remarque grossière dans son contenu et banale dans sa forme, cela n'avait pas de prix...

_________________
Kairec <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Lun 16 Déc - 16:48

Thétis remercia Morgan pour le thé et en bu délicatement une gorgée en laissant les deux Guides discuter. Si on pouvait appeler ça une discussion, car il y avait plus de silence et de tension qu’autre chose. Elle resta donc sagement assise à sa place en sirotant tranquillement son thé. Elle fit semblant d’ignorer la proximité de Bartel qui arrivait derrière elle, en sentant sa main sur le dos de sa chaise frôlant presque son dos. Thétis déposa alors sa tasse de thé avec un sourire charmant. Encore une nouvelle épithète, il en était friand, mais cela ne touchait pas Thétis, en revanche ça l’amusait et ça se voyait sur son visage.

- Non en effet. Heureusement que je te sens venir.

Thétis le suivit du regard et rit doucement en le voyant de nouveau s’assoir par terre. Décidément elle ne comprendrait jamais cette préférence, encore si c’était à l’extérieur sur le sable chaud, à la fois doux et granuleux ; mais ici sur le sol froid, non.
Son refus eut pour effet d’allonger le beau sourire de l’Architecte. Elle savait qu’il allait dire quelque chose du genre, mais Thétis aimait bien le taquiner avec ça. Qui sait, un jour il dirait peut-être oui. Elle n’avait rien à perdre et continuerait sûrement à le lui demander. Mais elle n’accepterait pas autre chose comme lien. C’est pourquoi le sous-entendu de Bartel, la fit lever un sourcil de surprise, suivit d’une légère rougeur sur ses douces joues puis d’un rire cristallin.


- Charmant et… Bonne chance pour y arriver sans être mon Guide, cher Bartel, dit-elle d’une voix mélodieuse et encore amusée.

Thétis porta alors son regard sur le visage de Morgan et s’inquiéta un peu sans le laisser percevoir. Elle savait bien que les deux ne s’entendaient pas bien, mais peut-être qu’après plusieurs heures de travail, c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Était-ce de la fatigue ou autre chose ? Thétis n’en savait rien, mais décida d’en avoir le cœur net. Elle prit alors la parole pour s’adresser à son invité.

- J’y pense, quelle mauvaise hôtesse je fais. Tu accepteras bien de te reposer avant de reprendre la route ? La chambre que tu aimes bien est libre, en plus.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Mer 18 Déc - 14:10

Morgan ne pouvait le cacher, la présence de Bartel la rendait terriblement nerveuse. Elle détestait le savoir si proche de sa Maîtresse, cela serait si facile pour lui ! Si il le voulait, il pourrait la toucher, l'effleurer, la faire danser comme un prince fait danser la princesse élue de son cœur, poser ses lèvres sur la peau de perle de la Déesse de ces lieux... D'ailleurs, peut-être était-ce le cas ? Peut-être s'échangeaient-ils des caresses que l'aveugle ne pouvait imaginer ? Elle ne voyait pas ces choses là, elle restait coincée dans le noir, et ne pas savoir l'angoissait. Parce que, puisqu'elle ne savait pas, elle ne pouvait rien faire. Elle ne pouvait pas contrer ces attaques.

Et puis, non seulement elle ne voyait pas, mais elle ne maîtrisait pas les mots comme le faisait le Guide solitaire. Il savait comment manier le langage, comment le déployer, comment le manipuler, poète à chaque mot qui sort de sa bouche. Morgan ne sait pas parler aussi bien, elle se protège dans le silence, et derrière des mots simples et courts. Sa voix est brut, sans artifices, elle ne sait pas la décorer, mettre des fleurs sur ses phrases.

Heureusement, Bartel refusa la proposition de Thétis de devenir son Guide, comme toujours. Au moins, l'Aveugle pouvait compter sur lui pour être plus attaché à sa liberté qu'à autre chose, et pour cela aussi, elle l'envie un peu.

Tiens, un autre sous-entendu sur la potentiel relation qu'ils pourraient avoir... Là aussi, Morgan se sent perdante. Parce que, malgré son comportement, elle reste une femme, à jamais. Coup du sort, destin moqueur. Tentant de chasser toute ces pensées sombres, sa voix, calme mais glaciale se fait entendre.


- Dame Thétis a raison, le jour ne va probablement pas tarder à se lever, et je parie que tu as passé la nuit debout. Profites en et repose toi.

Morgan n'est pas devenue subitemment généreuse avec l'homme-forêt, mais elle ne veut pas non plus inquiété plus que de raisons sa chère Déesse, dont elle sent le regard inquiet sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Chasseur d'horizons - Ombre sauvage
Masculin Messages : 234

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Trop pour les citer ; on le dit volage, sauvage, presque fou peut-être. Amusez-vous avec ce matériel.
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Dim 22 Déc - 17:49

Bartel suivit l'échange unipolaire de regards avec un petit sourire. Il pouvait sentir le cœur serré de Morgan comme l'embarras croissant de Téthis. Toutes deux avaient leur propre manière de réagir à sa présence, mais ce qui le surprit le plus fut le manque de connivence entre la Guide et son Architecte : elles n'arrivaient pas à communiquer. Il les coupait l'une de l'autre aussi sûrement que s'il avait été un mur, et son petit jeu les éloignait encore. Chacune était isolée par ses mots, retranchée dans ses propres émotions... Incapable de s'adresser à l'autre. Il soufflait entre elles comme une tempête de neige.
La constation le fit sourire avec un brin d'orgueil ; monopoliser l'attention de ces deux perles des profondeur avait de quoi le rendre fier. Aucun doute là-dessus, au jeu de l'intrusion, il restait le meilleur. Déstructurer une conversation pour la remodeler à sa convenance ne lui posait pas de problème... Mieux, il pouvait en mener deux de front, sans pour autant y perdre fluidité ou mouvements : sa musique était impérieuse. Un discours était comme une chanson, et les siens étaient assez captivants pour enchanter un auditoire multiple. Il se sentait comme un instrument de musique- ou bien le vent, soufflant pour tout le monde à la fois. Ici, une paire d'oreilles à faire frémir.
Pourtant, Bartel choisit de faire cesser la musique. C'en était finis de son concerto ce soir... Sa présence n'apporterait rien de bon aux jeunes femmes, et il avait mieux à faire. Retourner à Hellishdale par exemple, et y chercher une sylphe aux mains vives. Retrouver cet alizé aux doigts râpeux à force de jeux subtils, cette brise mélancolique qui déployait ses longs cils en des regards lointains, si lointains ; plus lointains que toutes les routes du monde... Des mondes. Aucun ne faisait le poids à l'aune de pareils regards, paires sublimes d'étoiles vertes.
Les yeux d'Orcynie, engloutissant le monde avec férocité. Des gouffres déchirés dans la pupille, et toutes les étoiles du ciel en sirop, dégoulinées à l'intérieur. Elle allait au delà de l'aube, en dehors du cosmos infinitésimalement gigantesque qui se condensait dans le ciel visible ; son esprit dansait derrière les aurores boréales, et là-bas, au bord des cieux, elle trouvait ses notes, les cueillait du bout dur de ses doigts, puis les jetait sur les cordes. Alors seulement, quand elle faisait vibrer ces astres suspendus en attente, la musique s'élevait du violon, ample respiration figée dans le bois tendre.
Bartel pouvait parler avec talent et grandeur, sa voix était chaude et vibrante, elle avait la profondeur des bois où les ombres vont danser à la brume. Bartel pouvait chanter, car il avait en lui toute l'ampleur d'un monde neuf, la tonalité de la mer et du vent en automne. Une constellation de possibles vocaux lui hantait la gorge- mais jamais il n'aurait la parole enchanteresse du violon sur la langue, l'éloquence d'un instrument qui continuait de vivre entre des mains expertes. L'énorme vibration des cordes pour lui couper les lèvres. Jamais. La beauté du bois réveillé par une danse des doigts ; jamais.
Orcynie était la seule à pouvoir le réduire au silence. Sa voix portait plus loin que la sienne ne le ferait jamais... Lui n'avait que ses jambes pour faire son chemin jusqu'aux nébuleuses. Et il était plus que temps pour lui de reprendre la route.
C'est donc ravis des rougeurs et des malaises qu'il avait provoqué que Bartel se releva, avec l'idée de laisser les deux jeunes femmes à leurs atermoiements.


-Ah, mais tout ceci n'était qu'une brève visite de courtoisie ! Tu me sais aussi fugitif que l'orage- à la bonheur donc, je m'en vais dés l'instant, malgré une proposition des plus charmante qui honore ton sens de l'hospitalité... Et que je me vois dans l'obligation de refuser.
Il ne prit pas de main ce soir là, et s'éloigna simplement les lèvres ourlées sur un sourire, yeux pétillants à l'adresse de Téthis.
Enfin, c'est une manière comme une autre parler. Nulle nécessité à vrai dire, mais je ne dormirai pas ce soir ; j'ai à faire dans les rues d'Hellishdale.
L'Egaré ne s'arrêta que sur le pas de la porte, stoppant cet envol d'une violence coutumière.
Croyez le ou non, mais j'aime la musique. Je la quêterais de l'aube au crépuscule ; celle de ta voix ne saurait me suffire, doux rossignol marin.
Il se tourna sur un dernier sourire charmeur, et ferma les paupières l'image imprégnée d'anciens rires d'un quartier familier de la ville.
Au vu de l'heure, bonne journée mesdames.
Puis, d'un pas de côté, Bartel entra dans le couloir, disparaissant à la vue de Téthis ; et du reste bien vite, car pour ce jour, l'oiseau moqueur avait assez chanter. Infinity se lèverait moins bruissante aujourd'hui, plus tranquille aussi...
Ne resterait, de cette présence valsante, qu'une odeur dans la cuisine brillante- aussi vite partis qu'il était arrivé, Bartel abandonna un petit silence aux deux jeunes femmes, et la brutalité de son entrée comme celle de son départ, ne laissa étrangement aucune trace, comme si en fin de compte, il n'avait été ici qu'en son propre domaine, au milieu des bois, le pied léger et vif, prompt à surgir, mais plus encore à s'éclipser ensuite...

_________________
Kairec <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Sam 28 Déc - 20:36

« Oh très bien. Si tu changes d’avis la chambre est toujours là pour toi. »

Thétis accompagna Bartel jusqu’à l’entrée de la cuisine et elle comptait l’accompagner jusqu’à l’entrée du palais, mais Bartel en décida autrement. Elle lui offrit néanmoins un rayonnant sourire ainsi qu’un baiser d’au revoir sur la joue gauche.

« Fais attention sur le chemin. »

Elle le salua également tout en le regardant partir jusqu’à le voir disparaître au bout du couloir. Dès qu’elle ne sentie plus son aura à Infinity, Thétis se retourna et s’approcha de Morgan. Dès qu’elle fut à quelques centimètres, elle prit délicatement son visage entre ses douces mains et le regarda soucieuse.

« Est-ce que ça va ? Tu dois être fatigué par la soirée… »

Thétis vérifia tout de même que son guide ne soit pas malade, en déposant sa main droite sur son front. Après quelques petites minutes, elle retira ses mains, un peu rassurée qu’il n’ait pas de fièvre.

« Tu devrais aller te reposer. Je suis navrée pour la petite fête improvisée, c’était sûrement un mauvais moment pour le faire. »

Elle vérifia d’un coup d’œil que tout était en ordre et quitta la cuisine avec Morgan. Elles ne tardèrent pas à arriver devant la chambre de Morgan.

« Repose-toi bien, tu l’as bien mérité. »

A son tour, Morgan eu droit au baiser de la sirène, mais cette fois sur la joue droite. Elle se retourna et commença à se diriger vers sa chambre. Qu’allait-elle faire ? Le jour ne tarderait pas à se lever et malgré sa nuit blanche, l’Architecte avait perdue toute envie d’aller se coucher. Elle allait bien voir, elle trouverait bien quelque chose à faire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Into Darkness
Messages : 81

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: L'Aveugle
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Guide d'Infinity
MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   Dim 29 Déc - 9:10

Morgan crut qu'elle allait crier de joie quand Bartel annonça qu'il avait à faire, et qu'il devait partir. Mais elle resta de marbre, et le salua simplement d'un hochement de tête, toujours aussi glacée.

- Bonne journée Bartel. Ne va pas te faire tuer.

Malgré tout, la Guide avait une sorte de mauvais pressentiment... Quelque chose se tramait à HellishDale, mais elle ne savait pas quoi, et apparemment, l'homme était au centre de toute cette agitation. Il semblait tout savoir, être au courant de tout, mais restait aussi mystérieux que d'habitude, comme si tout ceci ne le touchait pas. Une ombre cachée dans la forêt.

D'ailleurs, il partit rapidement, comme une furie, et il ne fallut pas longtemps pour que l'aveugle ne ressente plus sa présence. Il était partit. Elle laissa échapper un très léger soupir de soulagement, se détendant enfin. Mais maintenant que la tension avait quitté son corps, elle ressentait encore plus la fatigue causée par sa nuit blanche, et cela devait probablement se voir sur son visage, puisque Thétis s'approcha et prit son visage entre ses mains.

Le coeur de Morgan se mit à battre plus fort, mais c'était bien différent que quand il s'énervait à la présence de Bartel. C'était bien plus agréable, bien plus chaud... Quand Thétis la touchait ainsi, la Guide avait l'impression de prendre consistance et que la glace qui entourait son coeur fondait un peu. Elle sourit pour tenter de la rassurer.


- Je suis un peu fatigué, mais ça va.... La fête était une bonne idée, juste l'invité surprise qui m'a moins plu.

Elles rangèrent un peu, puis sortirent, marchant côte à côte. Effectivement, elles arrivèrent à la porte de Morgan plus vite qu'elle ne l'aurait souhaité. Elle se tourna approximativement vers sa Maîtresse, mais alors qu'elle allait lui souhaite une bonne nuit, un baiser tendre sur sa joue la prit de court, faisant rougir sa peau couleur de neige. Elle n'avait pas vu Thétis embrasser la joue de Bartel, elle se sentait donc très privilégiée, et infiniment heureuse par cette marque d'affection, pourtant simple.

Prise d'une pulsion, la Guide s'avança et attrapa la main de sa Maîtresse, tentant de la stopper. Elle retira un gant, un symbole fort quand on connaissait la peur qu'avait la Guide de ne pas contrôler son pouvoir. Elle sourit, caressa du bout des doigts la joue de l'Architecte, puis se pencha pour embrasser sa joue, y murmurant tout contre sa peau:


- Vous êtes si gentille...Merci...

Elle se releva ensuite, la lâchant, et remettant son gant.

- On se voit plus tard...

Puis, l'air de rien, Morgan entra dans sa chambre, et après s'être déshabillée, se coucha. Elle était épuisée, mais repensait à ce moment de bonheur passé avec celle qu'elle aimait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: My dear mistress (PV Thétis)   

Revenir en haut Aller en bas

My dear mistress (PV Thétis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fée Verte :: Au-Delà des Frontières :: Les Souvenirs Perdus :: Les Rps Abandonnés-