Partenaires




 


Partagez|

Susannah Midler - Éphémère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Éphémère
Messages : 6
MessageSujet: Susannah Midler - Éphémère   Ven 13 Juin - 18:12

Midler Susannah
"Où il y a de la vie, il y a de l'espoir"

Date de naissance : 01 Janvier 1994 Âge : 20 ans   Sexe : Femme   Orientation sexuelle : Hétéro   Monde d'Origine : Humain   Monde Actuel : Humain   Groupe : Innocents   Profession :  Serveuse   Nom de la Rue : /  

POUVOIR Aucun

Rang Désiré : Éphémère

Behind Hazel Eyes
Physique
Des cheveux de la couleur du sable chaud d'Inferna, des yeux noisettes comme le bois de certains arbres de Neverland, une peau douce comme la lumière de Infinity, un sourire faisant oublier ceux, dérangeants, que vous auriez pu voir à Dementia et une voix aussi pure que la neige d'Aerials... non vraiment, voilà une humaine à la fois ordinaire et singulière de naturel. Le seul gouffre similaire à celui de Tenebris serait celui que la jeune femme pourrait mettre entre elle et vous si vous vous approchiez de manière trop menaçante. Susannah est une jeune femme comme on les aime et ce malgré un caractère par trop doux et trop sensible. Pas spécialement parmi les plus grandes du haut de son mètre soixante-huit, la taille fine qui lui permet de porter à merveille la jupe-tailleur de son métier de serveuse, une peau qui ne souffre pas de marques ni de cicatrices, excepté peut-être une presque invisible qu'elle s'est faite en brisant accidentellement un verre une fois, rien de bien méchant. La jeune femme ne bronze pas vraiment, n'aimant pas spécialement s'exposer au soleil, son travail ne lui en laissant de toute façon pas vraiment le loisir. Ses cheveux blonds sont attachés quand elle est en service, le reste du temps ils tombent en cascade de fils d'or sur ses épaules et dans son dos. Sa préférence va à un jean confortable, bien que proche du corps, ainsi qu'un chemisier ajusté qui met en valeur sans trop en faire sa silhouette et sa jeunesse éphémère.
Psychologie
Particulièrement timide et réservée, Susannah manque beaucoup de confiance en elle. Introvertie, hypersensible et émotive, elle a besoin d'être sécurisée et son épanouissement affectif est primordial dans son cas. Souvent sur la défensive, elle se montre prudente, méfiante et inquiète, cela étant dû à une certaine fragilité émotionnelle contre laquelle elle tente de lutter depuis toute petite. Possédant une imagination débordante et une excellente intuition, elle appréhende la vie sous un jour inquiétant, craignant les monstres tapis dans l'obscurité bien qu'on lui ait toujours dit qu'elle n'avait pas de raison d'avoir peur du noir. Se sentant incomprise dans ce mal-être, la jeune femme a rapidement développé une forte tendance à se replier sur elle-même, créant un certain isolement, mais lui donnant aussi ce réflexe devenu inné de réfléchir avant d'agir. Susannah avance malgré tout dans la vie, lentement, mais sûrement, ne manquant pas de prendre le temps qu'il faut pour surmonter les obstacles tout en évitant d'attirer l'attention sur elle, se sentant mal à l'aise lorsqu'elle est obligée d'être sur le devant de la scène. Nerveuse, elle tend néanmoins à intérioriser ses émotions et ses sentiments, gardant un certain contrôle de ce côté-là, bien que cela ne soit pas toujours aisé. Face au travail, elle est partagée entre son désir de poursuivre ses cours par correspondance et son emploi de serveuse qui l'accapare plus qu'elle ne le voudrait. Opiniâtre, persévérante, soucieuse de bien faire et de soigner les détails, elle ne déçoit pourtant jamais et continue parfois jusqu'à l'épuisement. Sa vulnérabilité et sa nervosité ressortent en situation de stress, la laissant visiblement craintive et nécessitant un fort besoin d'être rassurée, son esprit rêveur l'aidant cependant à échapper aux tensions qui l'entourent. Mais sincèrement, qui peut espérer une vie tranquille à HellishDale ?
Once Upon A Time
"N'oublie pas qui tu es"
HellishDale.

Pour la plupart des gens, il ne s'agit que d'une ville parmi tant d'autres, une ville touristique qui se donne des airs avec une architecture du dix-neuvième siècle et jouant de mystère pour dissimuler des trafics que beaucoup jugent "ordinaires" malgré leur côté illégal et répréhensible. Mais pour qui est né et a grandit à HellishDale, la vérité est toute autre et bien des choses paraissent souvent étranges, voir même anormales. La sensation d'avoir oublié quelque chose taraude la quasi-totalité des habitants, bien que justement la quasi-totalité de ceux-ci préfèrent ne pas s'y attarder, vaquant à leurs occupations habituelles et continuant leur petite vie tranquille sans se soucier de cette impression étrange qui ne les quitte jamais. Bien sûr les gens sont heureux, bien sûr que le commerce perdure malgré l'absence de grosses entreprises internationales, mais lorsque vous rentrez chez vous, seul à la nuit tombée, vous ne pouvez vous empêcher de marcher presque sur la route pour éviter l'inquiétante obscurité de certaines ruelles réputées mal famées. On raconte que des gens disparaissent, mais quand on vous demande qui, personne en vérité n'est capable de vous le dire, car personne ne voit qui aurait bien pu disparaitre. Cette boutique ? Elle a toujours été fermée, aussi loin que vous vous en souvenez, même si vous avez l'étrange impression de la connaitre bien plus que sa seule vitrine. Et ce visiteur qui était descendu à l'hôtel pour quelques jours ? Comment ça quel visiteur ? Mais pourtant si les finances sont bonnes, c'est bien qu'il y a eu quelqu'un, n'est-ce pas ? Une erreur de calcul ? Ah, bon, tant mieux alors, autant ne pas le signaler et garder l'argent pour soi. HellishDale poursuit son petit train-train quotidien sans se préoccuper de quoi que ce soit, bien que certaines personnes soient au courant et colporte d'étranges rumeurs sur des êtres surnaturels qui enlèveraient les gens dans les ruelles.

Drôle de ville pas vrai ? Et pourtant c'est ici qu'est née la jeune Susannah, de deux parents aimants et attentionnés, ou tout du moins en ce qui concernait sa chère maman, puisque son père semble ne jamais avoir existé, ou plutôt sa génitrice affirme n'en avoir aucun souvenir d'aucune sorte. Avait-elle trop bu à une soirée et rencontré quelqu'un ? Possible, c'était d'ailleurs ce que les gens trop bien-pensants avaient dit sur elle, ce à quoi elle leur avait répondu que sa fille était un trésor et que les jaloux n'avaient qu'à aller faire un tour du côté des ruelles. Une réplique que sa fille apprendrait par cœur en grandissant, comme ça, parce que ça fait partie des histoires que les enfants aiment à se rappeler. Or donc, Mme Midler, jamais officiellement mariée de ce que l'on en savait, avait du élever seule sa fille dans une ville où il ne faisait pas bon se promener tout seul, la protégeant du mieux qu'elle pouvait tout en lui assurant une vie modeste, mais heureuse sous le toit familial. Ses plus belles années s'enfuirent en un éclair, pour autant celles-ci furent teintées d'angoisses et de terreurs nocturnes inexplicables que le psy attribua à l'absence d'une figure paternelle pour l'enfant. Les dessins animés qui finissaient bien aidèrent à combler ce manque de lumière, l'affection d'une mère aimante l'empêcha de devenir terne, mais la fillette qui cessa de crier la nuit en appelant à l'aide n'en dormit pas mieux pour autant. Malgré les volets fermés, elle voyait des ombres se mouvoir par les interstices, de l'autre côté de la fenêtre. Les craquements du parquet ressemblaient à des pas de gens déambulant dans le couloir, la poignée de sa porte s'ouvrait en pleine nuit et elle avait toujours l'impression que quelqu'un entrait dans sa chambre. Et elle fermait très fort les yeux, la couette remontée jusque sur son nez, tremblante de peur en sentant le glissement de l'air à proximité de son lit. Une fois elle cru sentir une main sur son front et poussa un hurlement de terreur qui réveilla non seulement sa mère, mais également les voisins qui vinrent frapper à la porte, croyant qu'il y avait eu un drame. Le psy conseilla un suivit et de laisser la lumière dans le couloir, puis à mesure que les années passaient, les étranges bruits et autres manifestations s'atténuèrent et disparurent. Bien sûr Susannah avait toujours cette désagréable impression d'être épiée, mais elle préférait se dire que ce n'était rien et continuait comme si de rien n'était.

Toutes ces frayeurs et ces terreurs complexèrent grandement l'enfant qui devint une adolescente introvertie et peinant à se faire beaucoup d'amis, parvenant malgré tout à s'en faire quelques-uns, à peine plus d'une poignée qu'elle ne voyait pour autant qu'en journée une fois l'école terminée. Son entourage avait attribué ses terreurs nocturnes à une phobie du noir et des monstres pouvant s'y trouver, une phobie plus répandue qu'on ne le croyait et somme toute relativement classique. L'adolescente du attendre son entrée au lycée pour commencer à sortir et à s'amuser réellement avec ses amies et ses copines, profitant enfin de sa jeunesse tout en s'assurant de rapporter des notes correctes à sa mère qui avait finit par trouver quelqu'un de bien dans sa vie. Pour autant Susannah désirait plus que tout travailler et s'affranchir, son beau-père, bien que gentil, se révélant du genre exigeant et près de ses sous quand il s'agissait de la jeune femme. Une dispute éclata quelques jours après l'obtention de son diplôme de fin d'étude et elle décida de se mettre à travailler tout en suivant des cours par correspondance, sa mère et son beau-père n'ayant pas vraiment les moyens de lui payer des cours dans une autre ville, ce qui aurait nécessité la location d'un appartement et des frais scolaires exorbitants. C'est ainsi que l'année de ses dix-huit ans, Susannah prit son indépendance, d'abord en travaillant durant six mois tout en restant au domicile familial, puis en s'affranchissant définitivement en louant un petit studio en ville, à dix minutes à pieds seulement de son emploi de serveuse dans un restaurant. Malgré des horaires parfois difficiles qui l'obligeaient notamment à finir après la tombée de la nuit, la jeune femme était suffisamment fière pour ne pas manquer de s'appliquer dans son travail, ne négligeant pourtant pas de poursuivre ses études par correspondance. Âgée aujourd'hui de vingt printemps, elle ignore encore vers quelle spécialisation se tourner dans le domaine des Lettres. A voir cependant de quoi l'avenir sera fait.
AUTRES INFORMATIONS
Susannah aime :
- rire devant un film,
- faire des gâteaux,
- lire un bon livre,
- sortir dehors quand il fait soleil.

Elle déteste :
- toute forme d'obscurité,
- le mensonge,
- les clients trop collants,
- les allusions douteuses.

Derrière l'écran
PRÉNOM OU PSEUDO. → AnaÂge : 28 ans Sexe : Tenu secret   Comment avez-vous connu le forum ?  : Par une amie  Personnage de l'avatar : Funeral for a friend by LanWu (deviantart) Code du règlement : Code Validé par Silver~ Un autre compte ? : Oui
CODAGE PAR PUPPY SUR LG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: Susannah Midler - Éphémère   Ven 13 Juin - 22:54















 Tu es Validée!!



Que dire de plus si ce n'est que tu es probablement atteinte d'une violente dissociation de la personnalité pour aller d'une extrême à l'autre comme ça... Je pense que tu n'as pas besoin de plus 83

Tu peux à présent aller créer ton journal intime et bien entendu commencer à rp! Félicitations!

Silver.
(c) Fiche par Calys de L.Graph'



_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Susannah Midler - Éphémère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fée Verte :: Petite âme égarée... :: Viens donc te présenter. :: Âme Complète.-