Partenaires




 


Partagez|

Les Mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
"I am the shadow on the moon at night..."
Messages : 158

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux:
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Les Mondes   Sam 9 Mar - 17:04

Inferna





« I want to live in fire with all the tastes I desire »

■ Architecte: Berith Desya

■ Guides: Euredice Kasaros - Ivadelle de Ares - Gashen Karthalon - Constance Tully.

■ Prisonniers: Inferna accueille bien des gens.




Vous avez échoué dans le sable, et cette odeur d’épice caractéristique... Oui, vous voilà à Inferna. Un nom à faire frémir n’est-ce pas? Mais vous vous méprenez, car cet endroit n’a rien d’infernal. Retirez votre veste et mettez quelque chose sur votre tête, le soleil cogne dur par ici. Le Désert n’est d’emblée par très accueillant il est vrai. Peu s’y aventurent. Peu y survivent, surtout. Mais ne perdez pas espoir, regardez, voici la ville que se lève sous vos yeux. Majestueuse. Une ville typiquement orientale. Les murailles s’ouvrent et vous voici dans la ville basse. Les enfants jouent pieds nus dans les rues, les adultes rient, braillent, s’enlisent dans une agréable cacophonie, c’est jour de marché. Cet endroit ne vous semble-t-il pas.... Différent? Quelque chose se cache ici... Quelqu’un chose manque... La contrainte. Ici, vous êtes libres. Libres de chaînes du tabous imposés par la société. Tout le monde n’est pas d’une exemplaire gentillesse à Inferna, bien entendu, mais gardes aux fauteurs de troubles. L’Architecte sait gérer le moindre problème avec aisance et impartialité, comme pouvait le faire son prédécesseur. Les petites maisons de la ville basse s’encastrent les unes dans les autres, ocre, aux toits pentus, surplombées par l’immense palais de pierre blanche, aux courbes arabiques. Entrez! N’ayez pas peur... Personne en vous veux du mal. Les couloirs sont illuminés, les pièces baignées de soleil. Au détour du chemin, vous pourrez croiser des courtisanes détalant en riant. L’endroit respire la joie de vivre et la tranquillité. Devant vous se dresse une imposante porte de bois rouge. Derrière, une salle au sol décoré de motifs compliqués, la toit de verre ouvert sur le ciel bleu et ensoleillé. Vous baissez la tête, un lourd tapis écarlate se trouve là, jeté sous vos pieds. A quelques marches de vous, la trône, l’Architecte, un sourire rassurant barré sur le visage, une femme ou peut-être deux, sous chaque bras. Vous pouvez fuir si l’envie vous prend. Il en rira. Prenez donc le risque de vous perdre parmi ces pièces tortueuses, de vous retrouver face à vos désires les plus enfouis.
Le monde des Enfers, des pêchés. Vos envies les plus folles, les plus noires, vous envahissent. Ici, tout est permis, rien n’est tabou. Le credo c’est un peu “la vie est courte, alors profitons-en”. La vie est un fleuve qui n’est ni aussi long que ce qu’on en dit, ni aussi tranquille. Alors autant apprécier chaque détail, chaque moment qui nous étourdit de bonheur, d’envie ou de désir.
FICHE PAR UMIBWACK

 


Dernière édition par Hellish le Ven 7 Juin - 12:48, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
"I am the shadow on the moon at night..."
Messages : 158

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux:
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: Les Mondes   Sam 9 Mar - 17:04

Aerials





« La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres. »

■ Architecte: Wilhem Desya

■ Guides: Alma - Harahel.

■ Prisonniers: Ce monde accueille bien des gens.



Le Paradis. Ce mot fait rêver, il porte l’espoir, il donne des ailes. Et des ailes, oh oui! il vous en faudra des ailes ici. Aux plumes réconfortantes et au duvet polaire. Car mine de rien, il fait froid au Paradis! C’est à cause de l’altitude. Et peut-être du caractère frigide de l’Architecte aussi... Mais ça, il vaudrait mieux que vous le taisiez. La neige souffle en continu, au fil des jours, des mois, et des années. Le vent vous glace, s’engouffre dans vos manches, sous vos pieds, contre votre cou. Tout les curieux voudraient savoir ce qui se cache derrière ces nuages trop blancs. Mais s’ils savaient... Qu’est-ce qu’ils seraient déçus! Aerials n’est pas un monde tendre. Ce n’est pas un monde d’amour ni de bonheur. Ici, la blancheur est pure, et mieux vaut ne pas l’entacher. Tout faux pas est proscrit. Toute folie interdite. La moindre petite noirceur d’âme est traquée, punie, bannie. Ici, rien n’est permis. Tout est modèle, propre, carré, obéissant. Mieux vaut pour vous que vous suiviez le pas, que vous courbiez l’échine sans broncher. Et les anges? Haha! La bonne blague! Et vous y avez cru! Les anges, comme vous dites, ne sont que des surveillants mégalomanes. Ce ne sont que des bourreaux, les gardiens de cette tranquillité sectaire, de ce silence pesant. Ici, en vérité, les âmes sont plus froides encore que les airs. Vous ne pensiez pas cela possible quand vous êtes arrivés sur cette large étendue éblouissante, n’est-ce pas? La Mer de Nuages fait toujours cet effet la première fois. Les cumulus y sont si cotonneux, les vapeurs d’oxygène si pures. Tout le monde s’y trompe. Jusqu’au Palais de Glace. L’édifice lui-même fait froid dans le dos. Escamoté de tourelles, de toits plus pointus les uns que les autres, le vent siffle et crie dans les couloirs. Puis, d’une fenêtre en ogive, vous avez aperçu la Prison Indolore. Cela ressemblait à une forêt de pieux givrés, bordée de tours de gardes. Le chemin pour s’y rendre n’a pas été facile. Il vous a fallu gravir le Mont Sacré. Et ce n’est qu’en passant de l’autre côté que vous avez compris. Des statues. Des milliers de statues plus ou moins humaines, sculptées. Le cimetière du Paradis. Vous feriez mieux de repartir en vitesse... Il paraîtrait que les jours de redoux, certains morts fondent et se réveillent...
FICHE PAR UMIBWACK



Dernière édition par Hellish le Ven 7 Juin - 12:48, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
"I am the shadow on the moon at night..."
Messages : 158

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux:
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: Les Mondes   Sam 9 Mar - 17:05

Infinity





« It's a windy and sunny day, I can hear the faint sound of the distant waves. »

■ Architecte: Thétis Céto.

■ Guides: Nessy Dulac - Morgan Sunny.

■ Prisonniers: Ce monde accueille bien des gens.



Vous avez bien cru mourir pendant le voyage. Votre cœur a sursauté plusieurs fois avant de s’arrêter, votre respiration s’est probablement tut elle aussi. Vous avez eu des flashs noir et blanc devant les yeux. Votre corps s’est engourdi. Puis vous avez émergé de cette brume indiscernable. Le bout du tunnel, comme on dit ici. Tout le monde est passé par là. Oh, rassurez-vous, vous n’êtes pas mort. Pas encore. Vous venez simplement d’arriver sur les terres éternelles d’Infinity. Celles où le temps s’arrête. Cet océan infini à la lumière céleste. Regardez autour de vous, l’eau est claire, d’un bleu tirant sur le vert. Un bleu de lagon. Les anémones sont rouges, oranges, vertes. Les coraux chantent la paix. Vous les entendez? Oui, évidemment vous êtes sous l’eau! Elle est douce n’est-ce pas? Tiède, de la température d’un corps à dire vrai. Non, vous ne faites pas de bulle voyons... D’ailleurs, si je ne vous l’avais pas dit, vous n’auriez pas remarqué être immergé. C’est tellement naturel. Les poissons volent, et les algues dansent, les courants sont un vent. Il n’y a pas plus de ciel qu’il n’y a d’eau. Il ne manque pas plus d’eau qu’il ne manque de ciel. La lumière vient d’en haut, de droite, de gauche. Elle vous entoure, réchauffe l’environnement, le sable sous vos pieds. Vous êtes dans la Plaine aux Anémones. Derrière vous, la Croisée Ensablée, ce chemin tracé d’or, de paillettes de coquillages et de carapaces de crabe bleues. La vie a suivi son cours ici. Car même si le temps s’est stoppé un jour ici, la mort n’a pas disparu. La fin d’un être est accompagnée par les plaintes de ses frères. La poussière se crée, et les naissances reviennent. Tout ceci n’est pas une fatalité vous savez, c’est le cycle naturel de toute chose. Ne craignez rien, le corps reste jeune dans ce pays, tant que l’esprit garde son énergie. Mais venez, ne restez pas là mon ami, il y a tant d’autres places à découvrir. Levez les yeux, au loin vous apercevez déjà des coupoles de verre, des grilles aux arabesques torsadées, des escaliers transparents. L’Acropole de Lumière. Elle est belle, elle vous appelle. C’est la demeure de vos semblables, de votre Guide, de sa douce Architecte. Tout est calme. C’est reposant. Profitez de ce havre paisible tant qu’il est encore temps, les choses pourraient vous paraître bien trop noires en revenant chez vous.
FICHE PAR UMIBWACK



Dernière édition par Hellish le Ven 7 Juin - 12:48, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
"I am the shadow on the moon at night..."
Messages : 158

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux:
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: Les Mondes   Sam 9 Mar - 17:06

Neverland





« On cesse d'être un enfant en comprenant qu'on est mortel »

■ Architecte: Ambrozius W.  Eisenhauer.

■ Guides: Siegfred Ludwig - Claudia de Lioncourt - Jamawock

■ Prisonniers: Ce monde accueille bien des gens.



Neverland, le royaume de tous les impossibles, où tout ce qui n'a jamais été demeurera toujours et tout ce qui a toujours existé ne sera jamais. Un pays de danger, d'aventure, d'amertume, de regret. Mais avant tout, une merveille d'une beauté sauvage. Un vaste océan d'étoiles borde cette île et ses contrées luxuriantes encore vierges de toute trace d'industrialisation. Cependant, il serait dangereux de se laisser attendrir par un si doux tableau, car à Neverland, la vie est loin d'être facile. Si autrefois notre Pays Imaginaire était un refuge paradisiaque pour bambins rieurs, il est aujourd'hui en proie à une irréversible décadence, sans cesse tiraillé par les foudres de la guerre. Même en territoire indien, dont les braves ont pourtant pour coutume l'unité et le pacifisme, le temps n'est plus à la réjouissance. Entre les assauts des tribus cannibales et les pillages réguliers des hommes de la piraterie, les quelques survivants de la réserve des indiens se sont changés en véritables pestes Cheyennes. Les habitants de l'île vivent dans la peur, il est devenu difficile de faire confiance. Les peaux rouges sont hostiles, les pirates ont gagné en cruauté, et les sirènes du lagon aux charmes inquiétants ont faim. Et comme si cela ne suffisait pas, le monde est en constant bouleversement météorologique. Mais il doit bien y avoir une explication à tout cela. Comment le paradis est-il devenu enfer ?
Depuis sa création, Neverland est régi par un fragile équilibre entre le bien et le mal, chacun porté par un hôte qui mènera une bataille sans merci pour lutter contre son contraire et le vaincre. Chaque fois qu'un de ces deux hôtes est vaincu, le cycle se répète et un nouveau combat s'engage, et ce indéfiniment. Les deux premiers adversaires, et pas des moindres, furent le fameux Peter Pan et le non moins célèbre Capitaine Crochet. L'innocence de Peter n'avait d'égal que la barbarie de Crochet, mais après une longue lutte, le mal fut vaincu. Cependant, quiconque tue le capitaine du Jolly Roger se voit irrémédiablement prendre le pouvoir. Et c'est ainsi que Peter devint Crochet, qu'il grandit, et qu'un nouveau Peter fit son entrée en scène. Quoi qu'il s'agisse plutôt d'un Ambrozius. Mais ce nouvel hôte du bien n'avait rien de la candeur et de l'enthousiasme du premier. Ce Peter-là semblait déjà adulte malgré son apparente jeunesse, et contrairement à ce dernier, Ambrozius voulait grandir. Mais qu'est-ce que serait un Neverland où les enfants grandissent, loin du temps des jeux et des rires ? Un monde de carnage et de désillusion, royaume de la cruauté même, où seule la loi du plus fort fait office de justice. “On cesse d'être un enfant en comprenant qu'on est mortel”, avait pour coutume de dire le Capitaine, et dans un pays où la débauche règne en maître, les enfants ne trouvaient plus leur place. Plus de place pour les enfantillages, Neverland est aujourd'hui déchiré entre trois territoires; la Réserve des indiens, vallée désertique encerclée d'une forêt de pins, où les quelques tribus cheyennes résistent encore aux attaques incessantes, l'Arbre du pendu, attendant toujours impatiemment qu'un nouveau Peter fasse son entrée, reprenne la lutte contre le mal et rende au Pays Imaginaire son lustre d'antan et enfin, le Port, quartier général de la débauche et de la déjection humaine, repère des âmes les plus noires et les plus infâmes que compte le monde, point de rendez-vous des hostiles pirates et leurs diaboliques capitaines aux plus sombres desseins.
FICHE PAR UMIBWACK



Dernière édition par Hellish le Ven 7 Juin - 12:49, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
"I am the shadow on the moon at night..."
Messages : 158

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux:
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: Les Mondes   Sam 9 Mar - 17:06

Tenebris





« On ignore ce qui se cache dans l'obscurité. »

■ Architecte: Ephialtès Graves.

■ Guides: October Leeing.

■ Prisonniers: Ce monde accueille bien des gens.



La nuit est grise ici. Elle n’est ni noire, ni calme. Elle est permanente. La brume ne se lasse pas d’envahir l’espace autour de vos chevilles. Vous venez d’entrer dans un monde obscur aux horizons dépouillés. Une terre de cauchemars aux cris étouffés. Au loin, derrière la ligne escarpée des arbres morts, une lueur éclaire d’une pâle couleur. L’espoir est vivant, il est là, tout près à vos côtés. Il est là pour mieux vous faire sombrer dans la démence de votre esprit. Vous seul êtes l’ennemi en ces lieux maudits. Votre mémoire se brouille, les peurs remontent. Les cris proviennent de l’intérieur de votre être. Ces hurlements d’enfant que vous n’avez pas poussés depuis des années. Vos peurs irrationnelles les plus profondes renaissent. Votre monstre est sur vos pas, juste derrière vous. Vous vous retournez brusquement, le coeur battant. Mais rien. Il n’y a rien que votre esprit ici. Au nord s’étend une plaine morte, esseulée et fuyante, parsemée ça et là de vieilles souches d’arbres aux racines à l’air. Les arbres morts sont noirs comme de la suie, mais solides comme des rocs. Il paraissent fossilisés, figés là dans leur défunte éternité. Des courants d’air vous s’invitent dans votre dos. Par endroit, une main squelettique s’échappe du sol, tirée vers le ciel dans une crispation immobile. Les sentier principal se faufile à travers des os plus rongés les uns que les autres. Un cadavre en putréfaction apparaît dans le champ de vision. Oh, vous pouvez crier oui, aussi fort que vous le voulez. La seule réponse que vous obtiendrez peut-être sera celle de votre écho. Vous arpentez le Cimetière Infini. Cette sépulture à ciel ouvert. Au bout du chemin, une forme torturée se dessine. C’est le Manoir de l’Architecte. Cette bâtisse aux hautes tours, à la muraille usée, à la herse rouillée. La construction est érigée au point culminant d’une falaise. Un gouffre entoure le caillou qui semble voler dans les ténèbres. Seul un pont de singe à l’âge douteux permet l’accès à cette demeure obscure. A flanc de falaise, vous apercevez pourtant un escalier étroit qui s’enfonce dans les profondeurs de nulle part. Il mène au Gouffre Sans Fond. Une sorte de caverne d’Ali baba à la sauce veuve noire si vous me permettez. Vous ne voulez pas y descendre, croyez-moi. A vrai dire, vous ne voulez probablement rien d’autre que de rentrer chez vous, retrouver la lumière, la chaleur, le confort, le bruit peut-être même aussi. Tout sauf l’immensité de vos peurs et le silence de votre esprit. Le crâne à l’entrée vous avait pourtant bien prévenu : “Prenez une lanterne, même si vos yeux ne seront pas la seule chose que vous voudrez éclairer...”.

FICHE PAR UMIBWACK



Dernière édition par Hellish le Ven 7 Juin - 12:50, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
"I am the shadow on the moon at night..."
Messages : 158

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux:
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte):
MessageSujet: Re: Les Mondes   Sam 9 Mar - 17:07

Dementia





« Que la folie commence, place à la démence! »

■ Architecte: Silver SilentCry.

■ Guides: Alcide Lusion - LSD - Extasy.

■ Prisonniers: Personne...



Au-delà de l’imagination décalée, le bad trip sordide d’un enfant né créature, devenu monstre. Ce qui choque en premier lieu: Il n’y a aucun ou presque pas d’habitants. Qui voudrait vivre dans la création d’un esprit malade? Le monde est vide, oppressant, dérangeant d’illogisme. Le ciel prend des couleurs improbables selon les humeurs du maître des lieux. De jour, il est blanc, rosé ou apocalyptique. La nuit, la lune de papier peine à percer derrière les nuages noirs, plongeant Dementia dans une obscurité quasi-totale, reflet d’une peur dévorante qui, vous aussi, vous rongera jusqu’à l’os. Cet endroit ne vous rappelle rien...? Un Tenebris halluciné. Une ruine d’esprit coloré, aux tons pastels usés, pour cacher la misère. Cet endroit pourrait presque paraitre amical, avec son parc d’attraction abandonné. Il pourrait... S’il n’y avait pas cette étrangeté omniprésente, cette impression de pourriture, de décalage totale avec les règles que vous pensiez établies. Les animaux du carrousel son abîmés et ne ressemble à rien de connu, le tunel au fantôme semble vouloir aspirer votre âme, et la grande roue menacer de tomber. Les rares personnes que vous croiserez ici bas sont des automates morbides issus de l’imagination détraquée de ce minuscule Architecte à l’esprit dévastateur. Ce qu’il a créé, il peut aussi le détruire, et il n’est pas rare de voir à la dérive dans le ciel quelques morceaux métalliques déracinés lors de ses crises de folie. Démence. Derrière le parc, on trouve cette étrange maison, rose pastel, Le Pink Palace, à en juger par ce qu’indique le portail tordu. Dans cette maison bourgeoise dors les forces de ce monde, visage poupon et sourire mutin. Ses guides, contrairement à lui, sont étrangement adorables, mais rarement présents. Le jardin aux fleurs imaginaires s’offre à vous, mais sachez qu’elles ne s’ouvrent que la nuit. Tout compte fait, fuyez, courrez aussi loin vos jambes peuvent vous portez. Tentez d’oublier ces murs trop colorés illuminés de symboles incompréhensibles quand l’obscurité tombe. Qui les a dessiné là...? Vous ne voulez pas savoir. Retenez votre souffle jusqu’à la sortie - si sortie il y a - et n’y pensez plus. Les arbres sombres qui défilent, la forêt qui s’éternise. Un puits au milieu de nulle part, une vieille maison délabré, puis vous revoilà revenu à votre point de départ. Ce monde est petit. Et vous voilà piégez. Il ne vous reste plus qu’à aller frapper à la porte de la maison en espérant ne pas tomber d’emblée sur l’Architecte, et de prier pour votre salue. Et surtout, ne suivez jamais la petite fille en robe blanche.

FICHE PAR UMIBWACK

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les Mondes   

Revenir en haut Aller en bas

Les Mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fée Verte :: Aux Portes d'HellishDale... :: Au commencement... :: Dévoiler le mystère...-