Partenaires




 


Partagez|

Cyriel Wedrowny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

Invité
MessageSujet: Cyriel Wedrowny    Sam 22 Juin - 20:17

WEDROWNY Cyriel
"Celui qui vie avec son passé n'a pas d'avenir."
Date de naissance : 1966 Âge : 47 ans   Sexe : Homme Orientation sexuelle : Hétérosexuel   Monde d'Origine : Humain   Monde Actuel : Humain Groupe : Egaré dont l'essence fut prise par Ephialtès Graves   Profession : Chômeur Nom de la Rue : //

POUVOIR Tir parfait, tout y est. Oeil de faucon dirait certain et c'est vrai. En mouvement ou non, à 500 mètres ou 2, tant que la cible est visible, tant qu'il est physiquement possible qu'il la touche, Cyriel ne ratera jamais sa cible, ce qui est bien utile dans on a passé 4 ans à Ténébris...quoi que


Rang Désiré : Le vieux tireur

Behind Blue Eyes
Physique
La première chose qui saute au yeux quand on rencontre CYriel est cette impression de fatigue. Ces traits sont tiré comme ceux d'un homme qui dort peu, peut-être parce que le réveil est préférable au sommeil. Il est vêtu de vêtement usés qu'il a longtemps porté, résistant évidement, et rien n'est laissé au style, juste l'utilité. Le bonnet de marin, la veste de chasseur, le pantalon épais, tout est fait pour résister par tout les temps, pour toutes les occasions. L'homme possède des traits taillés à la serpe qui, dans une lointaine jeunesse, ont surement dut posséder un certain charme, disparu aujourd'hui pour laisser place à une "présence", des traits mangés par une barbe assez épaisse quoi que peu étendue. Mais ce qui marque avant tout ce sont ces yeux. Ses yeux. D'un bleu si foncé qu'ils paraissent noir. Des yeux qui ont vu beaucoup, bien assez pour toute une vie d'homme et qui savent qu'ils verront encore beaucoup
Psychologie
L'habit ne fait pas le moine dit-on mais on permettra de faire une exception pour lui. Cyriel à l'air d'un homme fatigué. S'en est un. Cyriel à l'air d'être un homme au caractère tranchant. S'en est un. On pourrait presque dire qu'il est psychorigide. C'est une homme qu'il faut prendre au sérieux et avec des pincettes. Il a des idées, qu'il garde en toute circonstance et ce n'est ni un Guide ni même un Architecte qui le changeront. Cependant, au fond de ces yeux durs qui n'accorde ni pitié ni compassion, il y a les ombres de la terreur qu'on tous ceux qui sont aller, et revenu, de Ténébris. Ce seul mot suffit à le faire sursauter et la nuit, le monde semble lui revenir dans ses rêves. On pourrait le comparer à un roc de granit dont le seul burin capable de le fendre serait Ténébris.
On pourrait penser que cette peur le paralyserait mais Cyriel est un homme de pratique au caractère trempé qui a eut le temps de se forger dans le froid de sa Pologne natale et désormais, il est prêt à presque tout pour faire vaciller l'ordre trop parfait que font régner les Architectes.
Once Upon A Time
"Citation"


Partie 1: Du début au premier voyage

De ma vie, j'aurais beaucoup de choses à dire, beaucoup de chose dont je suis fier et tout autant dont j'ai honte. Mais tout ces morceaux de moment forme ce que je vente d'appeler ma vie et il semble qu'il me serait bon maintenant de refaire un point sur la vie que j'ai menée
Je suis né en Pologne en 1964 ce qui me fait aujourd'hui 49 ans. Je suis né dans une petite ville qui a été détruite plusieurs fois, Popowo qu'elle s'appelle. Un nom qui sonnait délicieusement indien lorsque j'étais enfant. Ma mère ne travaillait pas, je l'ai toujours vu dans le cadre de la maison comme de nombreuses femmes. Les plus que nombreux trouble qu'a connu la Pologne ne l'ont pas toujours aidé en ce sens. Mon père, quand à lui, était ce qu'on pourrait appeler un intellectuel, professeur des écoles de métier et philosophe à ses heures perdues. Bien que très importante pour moi, ma mère ne fut pas celle qui marqua le plus profondément mon éducation, bien qu'elle me donna le goût des choses simples et bien faites. Mon père se chargea lui même de mon éducation, en plus de l'école élémentaire j'entends. Il me fit lire toutes sortes d'écrits, de science et d'histoire, de théologie et de géopolitique. Très peu de livre d'aventure ou de fantastique tombèrent dans mes mains ce qui explique peut-être aujourd'hui la rapide limite de mon imagination. Il me fit donc lire toute sortes de chose durant mon enfance jusqu'à ce que je prenne l'habitude d'aller en lire moi-même. De ceci, je lui suis très reconnaissant, car son attitude, bien que stricte, fit de moi très jeune une sorte d'intellectuel également.
En 1970 il y eut de nombreuses révoltes auxquelles mon père participa activement, hélas pour lui ou non, elles lui furent fatales et il fut abattu durant l'une d'elle. je ne m'étendrais guère sur sa mort bien qu'elle me fut douloureuse car j'avais déjà cette idée en tête, tout comme Brassens, qu'aucune idée ne méritait qu'on meurt pour elle.
Cependant, comme de nombreux jeunes de mon âge, je me plaisais à rêver d'un gouvernement équitable et juste que le gouvernement, enfoncé dans un communisme qui n'y ressemblait que de nom, ne pouvait m'apporter. Ainsi en 1980, à mes 16 ans donc, je suivais les traces de mon père et rejoignait le mouvement Solidarność, dirigé par  Lech Wałęsa. L'idée fut excellente et je garde de ce moment de nombreux souvenirs qui me sont chers, lorsque j'évoluais pour une cause formidable, qu'est celle du peuple, entouré de gens simple et d’intellectuel. Hélas, bien que reconnu par l'état, cette vague de joie que me donnait Solidarność fut coupé bien vite dans la nuit du 12 au 13 décembre 1981 quand l'Etat fit interner les leaders principaux de notre groupe. Cette action finit définitivement de me brouiller avec l'Etat.
Heureusement pour nous tous, ils furent libérer presque un an plus tard et de nombreuses "Tables Rondes", comme on les appelle, furent instauré entre notre syndicat et l'Etat.
Je dois avouer que j'étais d'idée arrêtées et que l'idée même de faire des concession avec cet Etat qui, après tout, avait tué mon père, me semblait inadmissible. Je quittais Solidarność en 1989, à mes 25 ans donc, soit 9 ans au seins ce groupe. 9 années durant lesquelles j'avait commencé de nombreux écrits, des carnets entiers, qui ne m'avait hélas mené à rien à ce moment. Mais maintenant que j'avais quitté le groupe, je fut prit d'un vent de liberté et décidais de les publier, ces poèmes et ces écrits, tous dénonçant si durement l'Etat, je dois avouer, que je passais plus pour un anarchiste fanatique qu'autre chose. Et bien sûr, presque un an après, la censure me tomba dessus. Pour ce que j'avais écrit, je risquais de nombreuses années de prison ce que je n'avais nullement l'intention de supporter. Un ancien ami de Solidarność vint m'en informer un soir et immédiatement je pris la fuite. Être contre l'Etat apportait l'avantage de connaitre du monde susceptible de me faire disparaître.
Je ne m'étendrais pas sur mon passage de la Pologne à HellishDale. J'arrivais seulement là-bas avec plus de sang sur les mains que je l'aurais souhaiter mais sans aucune regret sinon le début de lassitude qui devait me gagner pour le reste de ma vie.

Partie 2: De l'arrivée au second voyage

A force de détour et de rumeurs, je parvins un jour dans une certaine ville nommée HellishDale. J'aurais put dire qu'à l'instant même où mes pieds eurent touché le sol je fus investis d'un sombre pré-sentiment mais non. Je pensais connaitre la ville et sa face cachée mais, depuis, je sais que la ville possède une seconde face cachée, encore plus sobre. C'était sa renommée pour les trafics qui m'avait poussé jusqu'à elle, pas que j'en eusse besoin mais c'était le genre d'endroit parfait pour un immigré, personne ne me poserait de question et durant les premiers mois je me suis mit a rêver que cette ville pourrait être la fin de mon voyage. L'avenir, ayant un mauvais humour, me prouvera le contraire.
Le 26 novembre, alors que je rentrais de la boulangerie, fourbu par le froid précoce cet année là (j'avais quelque peu perdu le rythme de ma Pologne), j'ai prit la pire décision de ma vie. Pressé, je pris un raccourci, traversant quelques rues mal fréquentées (plus que les autres j'entend) et, soudain, je vis devant une petite roulotte. Le froid me quitta peu à peu et mon envie de rentrer rapidement me quitta pour me laisser approcher de la curieuse embarcation. Les nombreuses poupées me donnèrent froid dans le dos, j'avais entendu trop d'histoire d'horreur dans mon enfance pour que cela ne ressorte pas. Cependant mon regard se détacha sur spectacle quand un drôle de bonhomme arriva. Un enfant physiquement bien que son regard m'assura le contraire. Il sembla hésiter un moment avant de se planter devant moi et de me donner un billet. J'eu a peine le temps de le saisir qu'il repartait déjà dans la roulotte qui partit. Je le vis sortir la tête, entre les poupées comme une nouvelle arrivante.

-Va donc te balader dans les ruelles à l'occasion!

Me revoilà donc dans le froid qui dance autour de moi, seul parmi la nuit qui tombe. Et d'un pas rapide, je repartis dans mon petit appartement.
Cette nuit là j'ai passé beaucoup de temps a examiner le biller. Jauni, abîmé, il me semblait bien étrange et cependant, après avoir passé une nuit agité qui ne procura aucun réconfort, je décidais de suivre le conseil du gamin.
Je m'habillais rapidement, le jour se lèverait dans un petit quart d'heure et tout le monde dormait encore.
Mon regard effleura soudain ma vieille carabine, enfin, la vieille carabine d'un certain douanier sur lequel je n'ai que peu de chose à dire sinon qu'il n'en a plus besoin. Mus par un sentiment étrange, je décidais de la passer à mon épaule. Après tout, c'était peut-être un piège...Je descendit rapidement pour me retrouver dehors.
Le froid acheva de me réveiller et je commençais à arpenter la ville que je pensais pourtant bien connaître. En tout cas je la connaissais assez pour remarquer une nouvelle plaque, parmi les rues que je traversais pour aller au tabac. Étrange, c'était le moins que l'on puisse dire. Je m'allumais une cigarette mal roulée avant de m'enfoncer dedans, sans trop réfléchir. Hélas.

Un jeune homme était là. Il me tendit tendit automatiquement la main et, tout aussi naturellement, je lui donna mon billet, totalement inconscient de l'enfer dans lequel je me jetais.

Partie 3: De l'arrivée au troisième voyage

Ici, je n'aurais rien a dire, juste l'essentiel que vous devez savoir. Je suis arrivé dans Tenebris et ce que j'ai vu, ou cru voir, je ne veux pas en parler. J'ai longtemps erré, plusieurs années, jusqu'à ce que j'aille jusqu'à la seule demeure présente. J'y ai rencontré un architecte fou mais qui m'apprit comment voyager entre les mondes même si cela ne m'est pas arrivé depuis.

Quand je suis rentré, la boulangère ne m'a pas reconnu.

AUTRES INFORMATIONS
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Derrière l'écran
Naudhiz . → Âge :17 ans Sexe : Ahah!   Comment avez-vous connu le forum ?  : je suis un VIP moi! Je viens d'un feu forum que Vodooo a fait donc je suis la création de ce forum depuis le béuuut (mouahahah)   Personnage de l'avatar : Création de deviant art représentant Robert de niro dans Voyage au bout de l'enfer Code du règlement : Code validé par Silver~ Un autre compte ? : nope pas encore
CODAGE PAR PUPPY SUR LG
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: Cyriel Wedrowny    Mar 20 Aoû - 17:01















 Tu es Validé!!



Bien bien! (OUI! Je te rappelle que toi aussi un jour tu as joué in Indy BADASS!) Voyons tout ça~

Cela m'a l'air en ordre, j'aime le fait que tu joue une perso assez âgé comme tu le sais déjà. ^^ Ensuite, je te fais confiance quand au perso qui découvre son état en rp. Son passé est très bien expliqué, on devine assez facilement à quel genre de personnage on va être confronté. C'est bon pour moi, je te valide, parfait!

Tu peux à présent aller créer ton journal intime, ta demande de relation, et bien entendu commencer à rp! Félicitations!

Silver.
(c) Fiche par Calys de L.Graph'



_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cyriel Wedrowny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fée Verte :: Au-Delà des Frontières :: Les Souvenirs Perdus :: Les Fiches Disparues-