Partenaires




 


Partagez|

‹‹ Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. ››

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

Invité
MessageSujet: ‹‹ Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. ››   Jeu 8 Aoû - 3:20


CINEMA
Partagez vos meilleurs et pires films vus.


Pas besoin de vraiment expliquer, n'est-ce pas ? Établissez une critique, élaborée ou non des films que vous avez vu récemment ou qui vous ont marqués (autant par leur nullité que par leur génie). Peut-être que vous arriverez à nous convaincre de changer de style ou simplement à nous persuader que le notre est le bon haha.

Allez-y \o/


CODAGE © CÉLESTINE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: ‹‹ Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. ››   Ven 9 Aoû - 22:09

Session 9

Quatre personnes travaillant dans une entreprise de bâtiment sont appelés pour rénover un asile désaffecté depuis une quinzaine d'années. Mais le bâtiment en question semble hanté et la tension entre l'équipe monte au fur et à mesure de leur présence dans ce lieu.


Mon avis: Tout d'abord, j'avais déjà vu ce film avec ma mère, étant plus jeune (entre 10 et 12 ans...?) et je n'avait donc pas suivit car je n'avais pas tellement l'âge de regarder ce genre de chose. Cependant, je me souvenais avoir été marquée par certaines scènes. C'est en apprenant qu'un scène de Silent Hill 3 a été inspiré de ce film (reff la photo juste au-dessus), je me suis décidé à remettre la main dessus pour le revoir.

J'ai personnellement aimé ce film, et j'aime pourtant rarement les films "d'horreur" qu'on me propose (les slashers bidon ça va bien cinq minutes hein...). Pas de ça ici, une bonne ambiance pesante, des décors très bien choisis, des scènes étranges, qui se répètent sans que l'on comprenne pourquoi au début, des plans de caméra penchés, une intrigue un peu tordu... Le début semble être lent au démarrage cependant et l'histoire prend de l'intérêt lors de la découverte d'un enregistrement de séances psychiatrique par l'un des protagonistes. Le film réussit à nous mener là où il veut sans que l'on se doute forcement de la vérité temps les choses s'enchaînent de façon... Spéciales. Il faut aimer le genre, bien entendu, cela ne peut pas plaire à tout le monde d'autant plus que le thème peu paraitre légèrement basique. Environ un petit quart d'heure de MindFuck total vers la fin (le genre qui vous fait dire ".... Quoi...?!") avant que les dernières minutes ne vous révèlent au final tous les dessous de cette histoire scabreuse. On pensera que la chute est basique, qu'on s'en doutait, mais il faudra plutôt compter le nombre de fois où on a changé intérieurement d'avis sur le dénouement.

Je recommande chaudement ce film, au moins pour se faire une idée des fameux plans de caméras penchés, ect. ~

_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
MessageSujet: Re: ‹‹ Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. ››   Jeu 15 Aoû - 15:32

Ça a l'air pas mal :v Je retiens le nom ! o/


BON. Juste parce qu'il doit être dans tous les sujets du genre, le voici encore une fois :



Vienne, novembre 1823. Au cœur de la nuit, un vieil homme égaré clame cette étonnante confession : « Pardonne, Mozart, pardonne à ton assassin ! ». La porte de sa chambre étant verrouillée, ses serviteurs essaient vainement de l’allécher avec des friandises, mais ils n’entendent que des sons étouffés suivi d’un cri tranchant. La porte enfoncée, ils se trouvent nez à nez avec le vieillard noyé de sang. Cet homme est Antonio Salieri, jadis musicien réputé et compositeur de la Cour.
Dès l’enfance, il s’est voué tout entier au service de Dieu, s’engageant à le célébrer par sa musique au prix d’un incessant labeur et de sa chasteté. Pour prix de ses sacrifices, il réclame la gloire éternelle. Tout le monde entend parler d’un garçonnet nommé Wolfgang Amadeus Mozart, guidé à travers toute l’Europe par son père Leopold. Le brio musical du jeune Mozart a subjugué nombre de sommités. En revanche, Salieri est déçu par son propre père, qui méprise ses ambitions musicales. La mort subite du vieux Salieri, que son fils perçoit comme un miracle, permet à celui-ci d’entamer une carrière musicale au faîte de laquelle on le nomme compositeur de la cour de l’empereur mélomane Joseph II. Son talent lui vaut durant quelques années les plus hautes distinctions.
En 1781 cependant, un jeune homme fait irruption à Vienne, précédé d’une flatteuse réputation, mais sans grande éducation. Mozart est en voie de devenir le plus grand compositeur du siècle. Quand on a du talent mais qu’on se trouve brutalement confronté au génie, comment survivre ? Se rendant compte de la menace qu’incarne pour lui ce phénix arrogant dont il admire malgré tout le génie, Salieri tente d’évincer Mozart tout en l’approchant pour comprendre pourquoi il est si doué ...


Ce film est... génial ! Juste génial x)
Ce n'est pas une biographie (ils ont d'ailleurs changés pas mal de petites choses), c'est une fiction adaptée de la vie de Mozart. Après, ceci n'en est qu'une facette ; on nous en dit presque plus sur Salieri que sur Wolfgang.

On a tout de même du mal à savoir lequel des deux personnages principaux nous plait le plus, ils s'opposent totalement mais tout n'est pas noir ou blanc. On peut haïr la vantardise de Mozart, ses mauvaises manières, sa façon de se croire meilleur que tout le monde (le mot "vantardise" ne suffit pas :p), sa stupidité apparente, son insouciance, etc. Tous ses défauts nous rendent compatissant envers Salieri qui est tout de même loin d'être l'exemple de la moralité. Malgré la haine qu'il éprouve pour le grand compositeur, il l'admire ; ça nous fait donc voir les choses sous un angle différent > il ne fait pas que le détester purement et simplement, il trouve sa musique fantastique.

Enfin, ce film est un classique incontournable ; il faut le voir au moins une fois pour se faire une idée. Je trouve que certaines scènes d'opéra sont un peu trop longues, notamment celle de "Don Giovanni" après c'est un opéra tellement important (sentimentalement parlant) dans la vie de Mozart qu'on ne s'ennuie pas non plus devant.

Je conseille ce film à tous ceux qui ne l'ont pas encore vu o/
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Moon Engineer
Masculin Messages : 286

Dans un coin de carnet
Surnoms honteux: Bestiole; La Démence; Le Truc; La Mante Religieuse...
Ton monde (Guide, Prisonnier ou Architecte): Dementia
MessageSujet: Re: ‹‹ Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. ››   Mar 5 Nov - 1:14

Drive

Un jeune homme solitaire, "The Driver", conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n’a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu’en conduisant - et au volant, il est le meilleur !
Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet.
C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul.
Lorsque le mari d’Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal…
Doublé par ses commanditaires, et obsédé par les risques qui pèsent sur Irene, il n’a dès lors pas d’autre alternative que de les traquer un à un…


Mon avis: Bon. Là c'est le moment où je me fait salement lyncher par ceux qui ont encensé ce film, à tort, selon moi. Juste avant de commencer, à sa sortie en salle si je me souviens bien, il a été interdit au moins de douze ans. On doit plus avoir la même conception de la jeunesse je crois. Je n'ai pas été le voir au cinéma (déjà de base, j'en avais clairement rien à foutre) mais je me suis posée devant quand mes parents ont décidé de le regarder. Cool, expérience enrichissante hein. Ou pas. Je passerais outre le scénario que je ne trouve pas folichon et mettre ça sur le compte que ce n'ai pas mon type d'histoire. Mais... Sérieusement, y'a vraiment des gens qui ont bavé sur ce film autre que pour la "belle gueule" de l'acteur...? Et la BO (Qui est excellente étrangement.). Ce qui m'a vraiment dérangée, c'est l'ultra violence omniprésente dans le film. J'ai constaté avec soulagement qu'il à été censuré pour les moins de seize ans à la télévision. Merci. Je suis peut-être une petite nature qui se fourvoie totalement sur ce qu'un pré-adolescent est encore capable d'encaisser visuellement de nos jours mais... Je le dis avec spoil, vous trouvez ça normal qu'on sorte au moins de douze ans un film où un mec se fait exploser la face à coup de pieds dans un ascenseur? Et quand je dis exploser, c'est littéralement, avec tout ce que ça comporte de crâne enfoncé et de bout de cervelle. Génial. Miam. Violence omniprésente comme je disait, balancée comme ça, parce que c'est cool, trop montrée, limite exagérément malsaine. La violence dans un film okay, mais là... J'ai eu l'impression qu'on avait posé ça là exprès pour choquer et faire jazzer, et pas de façon subtile. Si les moins de douze ans trouvent ça normal, tant mieux pour eux, mais j'vois pas l'intérêt. Je comprend qu'on puisse apprécier ce film, son ambiance, mais je n'accroche pas, ça me désole même un peu dans un sens. (Je ne parlerais même pas d'Only God Forgive) Utiliser le prétexte de "Mais nooon, mais tu comprend pas, le mec c'est un faux calme avec plein de violence en lui, c'est trop torturé et tooout" ça ne marche pas. Disons que je vis encore dans un monde de bisounours...

_________________

   
   
   

Cadow
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ‹‹ Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. ››   

Revenir en haut Aller en bas

‹‹ Le cinéma substitue à nos regards un monde qui s'accorde à nos désirs. ››

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fée Verte :: Au-Delà des Frontières :: Le Boudoir :: L'ère de Jeux-